De nombreux employés du gouvernement fédéral rechignent à retourner dans leurs bureaux

Le gouvernement fédéral fait face à un recul de la part d’employés réticents à retourner dans les bureaux du gouvernement après plus de deux ans de travail à domicile.

Les forums en ligne pour les fonctionnaires ont explosé ces dernières semaines avec des commentaires sur la perspective de retourner dans les bureaux, les employés comparant des notes sur les plans de travail hybrides que chaque département envisage d’adopter.

Un commentaire d’un gestionnaire de Santé Canada exhortant les employés à retourner au bureau, en partie pour offrir aux employés d’un restaurant Subway à proximité plus d’heures, a explosé en une série de mèmes sarcastiques en ligne.

Un commentaire d’un gestionnaire de Santé Canada exhortant les employés à retourner au bureau, en partie pour que les employés d’un restaurant Subway local aient plus d’heures, a déclenché une explosion de mèmes dans les discussions en ligne entre les employés fédéraux. (Capture d’écran de la fonction publique fédérale du Canada sur Reddit)

Les syndicats de la fonction publique affirment que si certains employés souhaitent retourner travailler dans les bureaux du gouvernement ou sont satisfaits d’un arrangement hybride, une majorité souhaite continuer à travailler à domicile alors que le Canada connaît une septième vague de COVID-19.

“Nous avons fait des études sur nos membres qui montrent que 60% de nos membres préféreraient rester dans une situation de travail à domicile, 25% aimeraient faire un hybride et 10% aimeraient revenir au bureau complet temps », a déclaré Jennifer Carr, présidente de l’Institut professionnel de la fonction publique du Canada (IPFPC), qui représente environ 70 000 travailleurs, dont des scientifiques et des informaticiens.

Le syndicat veut que le travail à distance soit inclus dans les conventions collectives

Carr a déclaré que le syndicat avait été inondé de messages de membres inquiets.

“Je dirais que notre boîte de réception concerne désormais à 90% le retour au bureau, la façon dont les gens ne se sentent pas à l’aise, la façon dont ils ont des questions sur les exigences de masquage, sur le besoin et la nécessité de venir au bureau quand ils peuvent travailler dans le la sécurité de leur propre maison et faire le travail efficacement.”

REGARDER | Président du Conseil du Trésor sur les employés fédéraux‘ retour au travail :

De nombreux employés du gouvernement fédéral rechignent à retourner dans leurs bureaux

La présidente du Conseil du Trésor, Mona Fortier, parle de l’avenir du travail dans la fonction publique

La présidente du Conseil du Trésor, Mona Fortier, explique les mesures prises par le gouvernement pour adopter un environnement de travail hybride où de nombreux employés travailleront une partie du temps à partir des bureaux et une partie du temps à partir de leur domicile.

Greg Phillips, président de l’Association canadienne des employés professionnels (ACEP), qui a réclamé une suspension du retour au bureau, a déclaré que ses membres privilégiaient depuis longtemps le travail hybride. Ils ont le sentiment que le retour au bureau est précipité et que leurs préoccupations ne sont pas prises en compte, a-t-il déclaré.

L’ACEP compte plus de 20 000 membres, dont des économistes, des traducteurs, des employés de la Bibliothèque du Parlement et des membres civils de la GRC.

“Dans l’ensemble, les personnes qui ne veulent pas retourner au bureau l’ont assez exprimé”, a déclaré Phillips.

“Ils n’ont même pas abordé … dans de nombreux cas, les besoins d’hébergement.”

L’Alliance de la Fonction publique du Canada (AFPC) – le plus grand syndicat du gouvernement fédéral, avec près de 230 000 membres – demande au gouvernement de faire preuve de souplesse pour ramener les employés au bureau et de répondre à leurs angoisses.

“Nous savons que la plupart de nos membres travaillent toujours à distance, et beaucoup veulent continuer à avoir cette flexibilité”, a déclaré le syndicat dans un communiqué. “Le travail à distance fait désormais partie du quotidien de nombreux travailleurs et nous continuerons de nous battre pour l’inscrire dans nos conventions collectives lors de cette ronde de négociation avec le Conseil du Trésor et les agences.”

« Le travail hybride est là pour rester » : Conseil du Trésor

Dans une entrevue avec CBC News, la présidente du Conseil du Trésor, Mona Fortier, a déclaré que le travail hybride est l’avenir de la fonction publique fédérale. Elle a déclaré qu’il appartenait à chaque ministère ou organisme de déterminer comment le faire fonctionner tout en assurant la sécurité des employés et en faisant le travail.

“Le travail hybride est là pour rester”, a déclaré Fortier. « Nous devons donc vraiment comprendre que le travail hybride fera partie de la façon dont nous offrons des programmes et des services aux Canadiens. Je sais que beaucoup de gens croient que le COVID est parti, mais nous sommes toujours dans un espace COVID.

Le dernier débat sur l’endroit où les fonctionnaires devraient travailler a été déclenché par une note de service de la greffière du Conseil privé, Janice Charette, le 29 juin, exhortant les gestionnaires de la fonction publique à développer des modèles de travail hybrides qui répondent aux exigences opérationnelles de leurs ministères.

“Il est maintenant temps pour nous de tester de nouveaux modèles en vue d’une mise en place complète à l’automne, sous réserve des conditions de santé publique”, écrit-elle.

Charette a déclaré que les modèles de travail hybrides offrent des “opportunités significatives” telles qu’une main-d’œuvre plus répartie à l’échelle nationale et plus de flexibilité pour les employés, tandis que le fait de rassembler les gens dans un bureau présente des avantages tels qu’une meilleure génération d’idées, le transfert de connaissances et la création d’une solide culture de la fonction publique.

Différents plans pour différents ministères fédéraux

Cette note a incité les gestionnaires à commencer à accélérer les plans pour que les employés commencent à retourner dans les bureaux du gouvernement après la fête du Travail et à contacter les employés pour officialiser le nombre de jours qu’ils devraient travailler depuis le bureau.

Les dirigeants syndicaux disent que le résultat a été une courtepointe disparate, certains départements disant aux employés de retourner au bureau plusieurs jours par semaine tandis que d’autres sont plus flexibles.

Ils disent que le large éventail de politiques conduit également certains départements à essayer de débaucher les meilleurs et les plus brillants talents d’autres départements en offrant plus de flexibilité au travail à domicile et aux employés cherchant des transferts vers des départements plus ouverts au travail à domicile.

D’autres encore envisagent de quitter la fonction publique fédérale plutôt que de retourner dans les bureaux du gouvernement.

Dans les forums en ligne tels que Fonction publique fédérale du Canada sur Reddit, les fonctionnaires ont comparé les informations sur les plans de retour au travail. Alors qu’une poignée soutient le déménagement, beaucoup critiquent vivement le plan de retour des employés dans les bureaux, la manière dont il est déployé ou qui est sélectionné pour retourner au bureau.

Un homme regarde par la fenêtre
Greg Phillips, président de l’Association canadienne des employés professionnels, affirme que les membres de son syndicat favorisent depuis longtemps le travail hybride, mais estiment que le plan de retour au travail actuel est trop précipité. (Ashley Burke/CBC)

Dans certains cas, des commentateurs ont déclaré avoir été invités à retourner au bureau uniquement pour passer leur temps dans des réunions par vidéoconférence.

“Faire la navette une heure par jour pour ne voir personne avec qui je travaille et communiquer presque exclusivement avec les équipes (MS) et les e-mails est totalement inutile”, a écrit l’un d’eux.

“Il y a l’e-mail de notre DM ESDC – attendu au bureau au moins de temps en temps”, a écrit un autre. “Excusez-moi pendant que je crie des obscénités dans le vide.”

Certains se sont plaints que leur ministère avait annoncé un plan – seulement pour le changer.

“On nous a demandé de signer des accords de télétravail, dans lesquels le télétravail à temps plein était l’une des options”, a déclaré un commentateur qui a déclaré travailler au ministère de la Justice. “Et maintenant, tout à coup, le télétravail à temps plein n’est plus sur la table et c’est un minimum de deux jours au bureau.”

Le risque de contracter la COVID-19 préoccupe certains

“Ils nous ont à peu près dit que nous ne serions pas obligés de revenir si nous ne le voulions pas”, a répondu un intervenant qui a déclaré qu’il travaillait à Statistique Canada. “Maintenant, minimum deux jours à partir du 12 septembre.”

Pour d’autres, la préoccupation est le risque d’attraper le COVID-19 d’un collègue ou les conditions de travail dans certains bureaux gouvernementaux.

Des dirigeants tels que Phillips affirment que les commentaires sur des forums comme Reddit correspondent à ce qu’ils entendent de la part de leurs membres.

“Vous voyez toutes sortes d’employés du gouvernement comparer des notes entre ce que fait un ministère et ce que fait un autre ministère et cela crée une confusion de masse.”