Skip to content
De gros dirigeants technologiques se rendent à Capitol Hill pour une audience antitrust la semaine prochaine

FILE PHOTO: Les logos d'Amazon, Apple, Facebook et Google apparaissent sur une photo combinée à partir de fichiers Reuters. REUTERS / File Photos

WASHINGTON (Reuters) – Les dirigeants d’Amazon.com, Apple, Facebook et Alphabet, Google, témoigneront devant un comité du Congrès de la Chambre des représentants lors d’une audience pour débattre de l’énorme pouvoir de marché des plateformes en ligne.

Dans une déclaration mardi, le sous-comité antitrust du Comité judiciaire de la Chambre des représentants des États-Unis a déclaré que les témoins seraient notamment Adam Cohen, directeur de la politique économique chez Google; Nate Sutton, avocat général adjoint pour la réglementation chez Amazon; Matt Perault de Facebook, responsable du développement de la politique mondiale et vice-président Apple du droit des sociétés, Kyle Andeer.

L'audience aura lieu le 16 juillet, a précisé l'avis.

Apple et Google n'ont pas répondu à une demande de commentaire. La porte-parole d'Amazon, Jodi Seth, a déclaré qu'elle témoignerait, mais n'a pas partagé les détails. Facebook n'a pas de commentaire immédiat.

Cela intervient alors que le Comité judiciaire de la Chambre enquête sur la concurrence sur les marchés numériques dans le cadre d'une enquête annoncée le mois dernier, républicains et démocrates s'inquiétant du pouvoir exercé par plusieurs des sociétés les plus précieuses du monde.

Le pouvoir exécutif examine actuellement Google et Apple, tandis que la FTC enquête sur Facebook et Amazon.

L'audience intervient également à un moment où républicains et démocrates ont exprimé leur exaspération vis-à-vis des grands géants de la technologie, mais pour des raisons différentes.

Les conservateurs se sont plaints du fait que les entreprises de médias sociaux tentent de réduire leur voix en ligne, tandis que des progressistes tels que la candidate à la présidentielle Elizabeth Warren ont appelé Amazon, Google et Facebook à vendre les entreprises qu'ils avaient achetées précédemment afin de résoudre les problèmes de concurrence.

De plus, Facebook devrait payer une amende de 5 milliards de dollars pour son travail avec le cabinet de conseil Cambridge Analytica, qui a obtenu des données de millions d'utilisateurs de Facebook sans leur permission. Cambridge a été engagé par le président Donald Trump pour sa campagne électorale aux États-Unis en 2016.

Reportage de Diane Bartz; édité par Diane Craft

Nos standards:Les principes de Thomson Reuters Trust.

Source

Shein Many GEO's Shein Many GEO's

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *