Prêteur de choix pour de nombreux pays au cours de la dernière décennie, Pékin a désormais le pouvoir de les couper, de prêter davantage ou d’annuler certaines de leurs dettes.