Skip to content

KINSHASA / NAIROBI (Reuters) – Quelques jours après que le Congo a annoncé des restrictions d'urgence pour freiner le nouveau coronavirus, une vidéo de la police a commencé à circuler en ligne montrant un officier de la capitale battant un chauffeur de taxi pour avoir violé une limite d'un passager.

Dans certaines régions d'Afrique, la police est accusée de recourir à un excès de force dans le cadre des blocages contre les coronavirus

PHOTO DE DOSSIER: Un soldat et un membre des services de police sud-africains fouillent une maison alors qu'ils imposent un verrouillage national de 21 jours visant à limiter la propagation du coronavirus à Eldorado Park, Afrique du Sud, le 30 mars 2020. REUTERS / Siphiwe Sibeko / Photo de fichier

Le chauffeur supplie les policiers de lui ordonner de se coucher face contre terre sur la route. Mais la punition est quand même infligée: un coup de matraque pointu aux mollets qui le tord de douleur.

Sylvano Kasongo, qui dirige la police de Kinshasa et qui est vu dans la vidéo du 26 mars, a envoyé une copie à Reuters parce qu'il a dit qu'il voulait encourager les autres à respecter les règles. La force respecte les droits de l'homme, a-t-il déclaré.

Reuters n'a pas pu joindre le conducteur dans la vidéo, ce qui a provoqué l'indignation du public en République démocratique du Congo. Le chef du syndicat des chauffeurs, Jean Mutombo, a déclaré que les membres se démènent pour gagner leur vie en période de soudure.

"Nous appelons les conducteurs à respecter les décisions prises par les autorités pour arrêter la propagation du coronavirus, mais en même temps, nous condamnons tout acte de violence de la part de la police", a-t-il déclaré.

Comme dans certaines autres parties du monde, des allégations de brutalités policières ont fait surface dans plusieurs pays africains alors que les gouvernements imposent des restrictions, des couvre-feux et d'autres restrictions en réponse à COVID-19.

Mais les populations qui ne peuvent se permettre de rester enfermées pendant longtemps posent un problème aux gouvernements des pays où le virus pourrait submerger leurs fragiles systèmes de santé.

«Nous devons être très prudents quant à la manière dont les gouvernements mettent en œuvre ces mesures», a déclaré Samira Daoud, directrice régionale pour l'Afrique de l'Ouest et du Centre au sein du groupe de défense des droits d'Amnesty International basé à Londres.

«Les personnes responsables de ces violations devraient être sanctionnées et un message clair devrait être envoyé aux forces de sécurité afin de s'assurer qu'elles respectent les droits de l'homme.»

«INTERVENTIONS EXCESSIVES»

Au Sénégal, où les affrontements entre policiers et civils sont rares, la première nuit d'un couvre-feu national fin mars a été gâchée par la violence. Des vidéos publiées en ligne montrent des policiers en train de frapper des civils en fuite avec des matraques.

Reuters n'a pas pu vérifier les images, mais dans un communiqué, la police s'est excusée d'avoir utilisé des «interventions excessives» et a promis de punir les officiers impliqués.

Les conditions de vie surpeuplées rendent difficile le respect des règles exigeant que les gens se tiennent à distance les uns des autres. Cela a conduit à des affrontements.

Le soir du 2 avril, dans le village de Lorokwo West, dans le nord de l'Ouganda, la police est intervenue pour disperser les gens des zones d'habitation informelles afin de réduire l'encombrement. Ils ont cassé des portes et traîné des occupants, blessant une trentaine de femmes et certains hommes, a annoncé lundi la police dans un communiqué.

Il a dénoncé le comportement "scandaleux" des officiers et a déclaré que 10 policiers et six militaires avaient été arrêtés.

En Afrique du Sud, où la police impose un verrouillage à l'échelle nationale, un officier et un gardien de sécurité ont été arrêtés suite à la mort par balle d'un homme surpris en train de boire dans une taverne du canton la semaine dernière.

Aucune accusation n'a été portée contre l'officier dans l'attente d'une enquête de la Direction indépendante des enquêtes policières, a déclaré mercredi à Reuters son porte-parole Sontaga Seisa. L'agent de sécurité a été accusé de meurtre.

Des vidéos censées montrer que les forces de sécurité sud-africaines battent des personnes qui défient les règles avec des fouets et les forcent à faire des squats circulent également sur les réseaux sociaux.

Le porte-parole de la police sud-africaine Vishnu Naidoo n'a pas répondu aux demandes de commentaires. Dans un communiqué la semaine dernière, il a déclaré que les vidéos n'avaient pas encore été vérifiées, mais a ajouté que "un tel comportement présumé des forces de sécurité est inacceptable … (et) ne peut être ni toléré ni toléré".

Au Kenya, les habitants disent que la violence s'est aggravée depuis le début de l'épidémie.

Lors d'un incident impliquant la police imposant le couvre-feu, un garçon de 13 ans, Yasin Moyo, a été blessé par balle le 30 mars alors qu'il jouait sur un balcon à Nairobi.

La police a présenté ses condoléances à la famille et a déclaré qu'une enquête était en cours.

Dans certaines régions d'Afrique, la police est accusée de recourir à un excès de force dans le cadre des blocages contre les coronavirus
Diaporama (2 Images)

Sept personnes ont été tuées par la police kenyane en application des ordonnances de couvre-feu ou de verrouillage, selon Missing Voices, un site Web documentant les assassinats de policiers dirigés par une coalition de groupes de défense des droits, dont la section d'Amnesty au Kenya. La police n'a pas immédiatement répondu à une demande de commentaires.

Le président Uhuru Kenyatta s'est excusé pour la violence dans un discours télévisé la semaine dernière.

"Peut-être qu'au début, il y avait des défis", a-t-il déclaré. «Je tiens à m'excuser auprès de tous les Kenyans, peut-être pour certains excès qui ont été commis.»

Rapports supplémentaires par Aaron Ross et Alessandra Prentice à Dakar, Alexander Winning et Tim Cocks à Johannesburg et George Obulutsa et Katharine Houreld à Nairobi; Écriture par Edward McAllister; Montage par Alexandra Zavis et Giles Elgood

Nos normes:Les principes du Thomson Reuters Trust.