Actualité people et divertissement | News 24

Daisy Ridley inspire l’océan

Il fut un temps où Disney réalisait des films familiaux idéaux qui n’étaient pas animés, ni des redémarrages en direct de films d’animation. En fait, il fut un temps où Walt Disney se lançait dans des histoires vraies originales conçues pour le plaisir de toute la famille.

Aujourd’hui, grâce aux efforts du réalisateur Joachim Ronning et à l’influence et au dévouement du mégaproducteur Jerry Bruckheimer, le studio a un écho de son passé avec Jeune femme et la mer, le véritable biopic et saga inspirante de Trudy Ederle.

En 1926, elle devient la première femme à traverser la Manche à la nage, de la France à l’Angleterre. La réalisation remarquable d’Ederle a presque été oubliée et négligée au cours des 100 années qui se sont écoulées depuis qu’elle s’est produite. Mais grâce au livre de Glenn Stout de 2009, Jeune femme et la mer : comment Trudy Ederle a conquis la Manche et inspiré le mondeet le scénariste A-List Jeff Nathanson (Attrape-moi si tu peux, Pirates des Caraïbes, Le Roi Lion) qui a découvert le livre en fouillant un jour dans une librairie et était convaincu que ce serait un grand film, le long voyage du film jusqu’à l’écran est une réussite.

Il a encore fallu des années à Bruckheimer pour convaincre Disney de le réaliser, et le film ne bénéficie que d’une sortie en salles limitée avant d’être diffusé en streaming. Mais j’espère que le bouche à oreille inévitable pour ce qui plaira au public le rendra plus que limité. Il s’agit d’un film sur grand écran qui mérite d’être vu par un public et de ne pas se perdre dans le garde-manger du streaming. Cela prouve également qu’ils faire faites-les comme avant, au moins de temps en temps.

En suivant essentiellement l’histoire linéaire de Trudy (Olive Abercrombie joue la jeune Trudy), nous voyons sa première vie de famille, puis son désir de faire une différence pour les filles. L’endroit où elle pouvait le faire était dans la piscine, un effort soutenu par sa mère (Jeanette Hain), qui savait, grâce à une précédente tragédie océanique, qu’apprendre à nager était important pour ses enfants. Cela valait non seulement pour Trudy (Daisy Ridley), mais aussi pour sa sœur aînée Meg (Tilda Cobham-Hervey), qui allait devenir la plus grande partisane de sa sœur, même sur le bateau qui accompagnait Trudy lors de sa traversée de la Manche.

Avant que cela ne se produise en 1926, Trudy triompherait et remporterait une médaille d’or aux Jeux olympiques de Paris en 1924. Mais elle est devenue déterminée à assumer cette tâche qu’elle pensait uniquement possible dans la société dominée par les hommes de l’époque. Ce n’est pas un spoil de dire qu’en effet, lors de sa deuxième tentative, elle l’a fait même s’il semblait qu’elle pourrait être morte vers la fin du voyage lorsqu’elle s’est perdue dans l’obscurité et s’est séparée de ceux qui la suivaient. Et ce faisant, Trudy, qui était partiellement sourde à cause d’une maladie infantile, a battu les précédents records masculins de près de deux heures en 14 heures et 31 minutes (cela a duré 35 ans), et ce natif de New York a obtenu le plus grand défilé de victoire jamais vu dans l’histoire de la ville. Jamais.

Affiche YouTube

Mais le cœur de l’histoire est de voir la persévérance qu’il a fallu pour atteindre cette étape importante, la conviction qu’on n’abandonne jamais. Ridley incarne simplement l’esprit de cette jeune femme (qui est finalement devenue sourde et est décédée en 2003 à l’âge de 98 ans) et livre une performance mémorable, incluant une authenticité totale dans sa quête. Cobham-Hervey est également excellent, et les parents sont joliment interprétés par Kim Bodnia dans le rôle de Henry, un boucher et père dévoué d’origine allemande qui craignait pour sa fille, mais qui est ensuite devenu un fan n°1, et surtout par Hain, superbe dans le rôle du Gertrude, une mère sage et déterminée, avec un esprit qui lui est propre et la volonté de faire ce qu’il y a de mieux pour sa famille.

Stephen Graham est excellent et très amusant dans le rôle du plus improbable des entraîneurs, un homme qui, en 1911, est devenu la deuxième personne à traverser la Manche à la nage, et qui joue désormais un rôle clé pour aider Trudy à entrer dans l’histoire.

Comme on peut s’y attendre avec une production de Bruckheimer, le film est magnifique, avec une excellente cinématographie au-dessus et au-dessous des vagues (Oscar Faura était le directeur de la photographie), une conception de production de Nora Takacs Ekberg et une musique d’ensemble d’Amelia Warner. Réaliser tout cela avec autant de scènes aquatiques n’aurait pas dû être facile, mais Ronning, qui connaît bien l’eau depuis Kon Tiki et Pirates des Caraïbes : Les hommes morts ne racontent aucune histoire (ce qu’il a fait pour Bruckheimer) était clairement le bon choix pour le poste. Cela a l’air sensationnel.

Les producteurs sont Bruckheimer, Nathanson et Chad Oman.

Titre: Jeune femme et la mer

Distributeur: Walt Disney Studios

Date de sortie: 31 mai 2024

Directeur: Joachim Ronning

Scénario: Jeff Nathanson

Casting: Daisy Ridley, Tilda Cobham-Hervey, Stephen Graham, Kim Bodnia, Jeanette Hain, Christopher Eccleston, Glenn Fleshler, Sian Clifford, Olive Abercrombie

Notation: PG

Durée : 2 heures et 9 minutes

Source link