Dernières Nouvelles | News 24

Croissant-Rouge : 8 morts, 58 disparus après un naufrage au large de la Libye

Commenter

LE CAIRE – Un bateau transportant des migrants à destination de l’Europe a chaviré au large de la Libye, tuant au moins huit personnes, tandis que 58 autres étaient toujours portées disparues, a annoncé mercredi le Croissant-Rouge du pays.

Tawfik al-Shukri, porte-parole du Croissant-Rouge libyen, a déclaré que le naufrage avait eu lieu mardi au large de la ville méditerranéenne de Garabulli, à environ 60 kilomètres (37 miles) à l’est de la capitale Tripoli.

Le bateau transportait au moins 150 migrants, dont 84 ont survécu et ont été emmenés dans des centres de détention pour migrants gérés par le gouvernement, a-t-il déclaré.

Al-Shukri a déclaré que les morts qui ont été récupérés étaient tous des hommes. Il a partagé des images prétendant montrer des travailleurs en uniforme du Croissant-Rouge emballant des sacs mortuaires noirs avec la mer Méditerranée en arrière-plan.

La Libye est devenue ces dernières années le principal point de transit pour les migrants d’Afrique et du Moyen-Orient qui tentent de se rendre en Europe. Le pays riche en pétrole a plongé dans le chaos à la suite d’un soulèvement soutenu par l’OTAN qui a renversé et tué l’autocrate de longue date Mouammar Kadhafi en 2011.

Le naufrage de mardi était la dernière tragédie maritime en Méditerranée centrale, une route clé pour les migrants.

En 2023, au moins 17 migrants ont été signalés morts et 18 autres portés disparus au large de la Libye au 21 janvier, selon l’Organisation internationale des Nations Unies pour les migrations. Plus de 1 100 migrants ont été interceptés et renvoyés en Libye cette année, a indiqué l’OIM.

L’année dernière, au moins 529 migrants ont été signalés morts et 848 autres portés disparus au large de la Libye, tandis que plus de 24 680 ont été interceptés et renvoyés dans le pays frappé par le chaos, selon l’OIM.

Ces dernières années, les trafiquants d’êtres humains ont profité du chaos en Libye, faisant passer clandestinement des migrants à travers les longues frontières du pays avec six nations. Les migrants sont ensuite entassés dans des navires mal équipés, y compris des canots pneumatiques, et se lancent dans des voyages en mer risqués.

Ceux qui sont interceptés et renvoyés en Libye sont détenus dans des centres de détention gérés par le gouvernement en proie à des abus, notamment des travaux forcés, des passages à tabac, des viols et des actes de torture – des pratiques qui constituent des crimes contre l’humanité, selon des enquêteurs mandatés par l’ONU.

Ces abus accompagnent souvent les tentatives d’extorquer de l’argent aux familles avant que les migrants ne soient autorisés à quitter la Libye sur les bateaux des trafiquants.

Articles similaires