Actualité technologie | News 24

Critique : “Recreation”, de Mitch Epstein

En 2005, le photographe américain Mitch Epstein a publié un livre de photographies du peuple américain, de New York à Los Angeles, de Dallas à Gary, Ind., entre le début des années 1970 et le début des années 1990. Une nouvelle édition mise à jour de LOISIRS (Steidl, 85 $), édité par Susan Bell et Ryan Spencer, comprend 34 images inédites, créant un portrait élargi d’une nation à diverses formes de loisirs.

Parmi les premiers à introduire la photographie couleur dans le domaine des beaux-arts, Epstein a capturé des individus et des groupes dans une variété d’activités de temps libre : un couple s’arrêtant pour faire du lèche-vitrine devant une boutique de la Nouvelle-Orléans, une performance torride dans une discothèque de Los Angeles, un groupe d’hommes jetant un coup d’œil dans un chantier de construction de Midtown Manhattan, baigneurs nus sur Martha’s Vineyard. Ses photographies évoquent une gamme inhabituelle d’émotions; ils sont drôles et mélancoliques, contemplatifs, nostalgiques et un peu solitaires. Ensemble, ces scènes brossent un portrait de l’anomie de la fin du XXe siècle, d’un monde sans filtres, sans selfies ni conscience de soi.

Ces photos vont de l’immobilité au chaos, mais nous semblons toujours attraper les gens dans des moments d’intimité – un concept presque étranger aux téléspectateurs d’Epstein aujourd’hui. Nous nous sentons éloignés des sujets, comme si nous les épiions à distance, regardant de manière voyeuriste ces moments du passé d’une authenticité enviable.


Erica Ackerberg est éditrice photo à la Book Review.