Critique du film Bhoot Police: Saif Ali Khan, Arjun Kapoor captivant avec un timing comique parfait!  |  Films Actualités

Film : Bhoot Police (diffusion sur Disney+ Hotstar) ; Durée : 129 minutes ; Réalisateur : Pawan Kripalani ; Distribution : Saif Ali Khan, Arjun Kapoor, Jacqueline Fernandez, Yami Gautam et Javed Jaffery.

Note : ***1/2

« Bhoot Police » du réalisateur Pawan Kripalani est une comédie d’horreur aux lignes étroites qui tourne autour de la farce. C’est un film auquel tous les Indiens peuvent s’identifier. C’est l’histoire d’aventures d’une équipe de deux faux exorcistes, cherchant à gagner leur vie, et d’un policier les pourchassant. Même si le récit se concentre sur les escrocs, ce film n’est pas une chasse au chat et à la souris entre la police et les hommes « corrompus ».

Corrompus, ils ne le sont pas. Saif Ali Khan, jouant Vibhooti Vaidya, pense qu’il n’y a pas de « fantômes » et de mauvais esprits, mais tant que les gens ont foi en ces superstitions, le duo peut survivre. Vibhooti est accompagné de son jeune frère Chiraunji, essayé par Arjun Kapoor, qui a ses réserves sur les esprits et l’au-delà et a également une conscience.

Le duo, voyageant dans un bus reconverti se prélassant dans la gloire de leur père Ullat Baba, parcourt la campagne, résolvant les problèmes des gens, s’adonnant principalement à des arnaqueurs. D’ailleurs, leur père était un véritable exorciste.

C’est à ‘The Spirit Carnival 2021’ que Chiraunji trouve accidentellement le journal de son père et en même temps des chances sur Maya (Yami Gautam), qui a voyagé depuis Dharamsala, pour demander l’aide d’Ullat Baba. Au même moment, l’inspecteur Chedilal (Javed Jaffery) repère Vibhooti et, sachant qu’il est un fraudeur, le poursuit.

Les frères s’échappent du carnaval avec Maya en remorque. Ils décident d’aider Maya et sa sœur Kanika (Jacqueline Fernandes) à se débarrasser d’un « kichkandi » (un esprit maléfique) qui hante leur plantation de thé. Ici, ils résolvent le problème en aidant par inadvertance une mère à retrouver sa fille et en assurant ainsi à toutes les deux le salut.

Le film conçu comme une farce commence par une promesse et au fur et à mesure que l’intrigue progresse, la séquence d’événements intelligemment construite parsemée de couches d’humour semble impressionner, mais en réalité, elle déborde d’absurdité. La logique n’est pas une priorité ici et les dialogues racés et percutants sont un croisement entre le jargon rural et urbain. Et la tournure précipitée des événements pendant le point culminant devient un peu alambiquée et fastidieuse à digérer.

Saif et Arjun, comme d’habitude, sont bons avec leur timing comique, qui est désormais un tarif de routine. Yami Gautam est regardable, Jacqueline dans un personnage mal écrit est limogeable. Jamie Lever, dans un petit rôle en tant qu’ouvrier du jardin de thé, et Javed Jaffery, en tant que policier, sont tous les deux perdus dans des expositions ennuyeuses.

Le film se vante d’excellentes valeurs de production. Le vaste paysage et les décors représentant le Rajasthan semblent naturels et vibrants avec des couleurs vives. L’objectif du directeur de la photographie Jaya Krishna Gummadi capture les images avec aplomb, mais pendant la dernière demi-heure du film, les scènes tournées dans l’obscurité semblent une perte de temps à l’écran.

Vous ne pouvez pratiquement rien voir, mais la grâce salvatrice est le son qui fait avancer le récit, qui est parfaitement superposé par le montage d’une netteté incroyable de Pooja Ladha Surti. La musique de fond tonitruante de Sachin Jigar sonne comme une symphonie dans un film hindi à l’ancienne. Dans l’ensemble, le film vous divertira.

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

Comments