Skip to content

Le maestro de l'argent Marty Byrde (Bateman, qui sert également un producteur exécutif et un directeur occasionnel) et sa femme Wendy (Linney) continuent de patiner sur le tranchant du couteau, gérant un casino qui est essentiellement une façade pour blanchir de l'argent pour un cartel de la drogue mexicain. Il y a de mauvais patrons, puis il y a ceux pour qui l'échec n'est vraiment pas une option.

Comme toujours, cependant, il y a des complications, peut-être le plus important étant que le couple central diffère quant à ce qui est le mieux pour l'entreprise, chacun apportant sa marque particulière d'impitoyabilité au problème.

Dans une ride particulièrement brillante, chacun essaie de payer son conseiller de mariage afin de la pencher vers son côté, un jeu auquel la psychologue (Marylouise Burke) est hilarante à jouer.

L'autre fil conducteur de la saison concerne le frère de Wendy, Ben (Tom Pelphrey), une âme quelque peu perdue qui trouve sa place avec eux. Pourtant, tout le monde n'est pas fait pour cette vie, même si Ben noue une relation avec la main droite dure de Marty, Ruth (Julia Garner), qui finit par remettre en question la loyauté des Byrdes envers elle.

Enfin, il y a l'avocat de la cheville ouvrière de la drogue, Helen (l'actrice britannique Janet McTeer), qui lui sert de regard aux États-Unis; et un agent du FBI (Jessica Frances Dukes) sur la queue de Marty, l'engageant dans un jeu plutôt élaboré de chat et de souris.

Comme "Breaking Bad", http://rss.cnn.com/ "Ozark" continue d'écrire ses personnages dans des coins apparemment impossibles, seulement pour trouver des solutions plausibles. Ce que cette saison fait vraiment, cependant, est de creuser la relation entre Marty et Wendy, qui montre son côté d'acier dans une conversation avec son frère, où elle explique comment "se battre pour sa vie" élargit la portée de ses capacités.

L'essentiel est que Marty, Wendy et leurs enfants de plus en plus impliqués (Sofia Hublitz, Skylar Gaertner) se sont habitués à être plongés dans des situations périlleuses, traitant comme ils le sont avec des gens qui ne pensent pas à laisser des corps éparpillés quand ils ne le font pas obtenir leur chemin. Et les téléspectateurs les regardent se durcir progressivement sous nos yeux.

Lors de sa première, "Ozark" ressemblait à un ajout solide à un genre plutôt saturé de gens ordinaires se promenant du côté sauvage. Trois saisons plus tard, le spectacle s'est transformé en quelque chose de plus riche que cela, mélangeant l'impitoyable criminalité avec une dynamique familiale basée sur la manipulation.

Ce n'est peut-être pas une vie pour tout le monde, mais maintenant c'est clairement pour les Byrdes.

"Ozark" entame sa troisième saison le 27 mars sur Netflix.