Critique de « The Velvet Queen » : à la recherche d’un léopard insaisissable

Le documentaire « La reine de velours » demande aux spectateurs de vivre la solitude d’une manière difficile à réaliser dans une salle de cinéma. (Une autre sortie de cette semaine, « Memoria », se rapproche de la combinaison d’image, de son et de rythme nécessaire pour inspirer ce genre d’état contemplatif.)

« The Velvet Queen » suit le photographe animalier Vincent Munier et l’écrivain Sylvain Tesson en mission dans une région montagneuse du Tibet. Ils espèrent apercevoir un rare léopard des neiges. Leur voyage, sans garantie de succès, demande une patience extrême et une déconnexion de ce que Tesson, qui raconte, appelle le « spectacle de marionnettes de l’humanité ». À la fin, il compare la vue de l’animal à l’exploit prométhéen de voler du feu.

Le film fonctionne à deux niveaux de base. L’une est philosophique, car la caméra regarde deux hommes qui regardent eux-mêmes à travers des viseurs éprouver les sensations d’un endroit où les humains perturbent rarement l’ordre naturel.

Munier a réalisé « La reine de velours » avec la cinéaste animalière Marie Amiguet, que Tesson inclut dans un dessin qu’il fait pour les enfants de la région, mais dont la présence est généralement méconnue. Le générique de fin note que le film a été tourné avec une petite équipe et qu’un grand soin a été pris pour ne pas déranger les animaux. Pourtant, les hommes ne sont peut-être pas toujours aussi seuls que le film les laisse paraître.

À un autre niveau, « The Velvet Queen » est un merveilleux documentaire sur la nature. Bien qu’il soit difficile d’imaginer que le film se terminera sans un léopard des neiges, il y a d’autres animaux vedettes en chemin : des yaks sauvages, des renards tibétains, des ours et le Le chat de Pallas, dont les câlins, pour paraphraser Tesson, démentent le fait qu’il pourrait vous sauter à la gorge si vous essayiez de le caresser.

La reine de velours
Non classé. En français, avec sous-titres. Durée : 1 heure 32 minutes. Dans les théâtres.

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.