Skip to content

Avec Katie Holmes et Josh Lucas, cette version cinématographique (il y avait un documentaire antérieur) a le potentiel de travailler à différents niveaux. Pour ceux qui achètent dans «le secret» – qui est basé sur «la loi de l’attraction», et l’affirmation de base que les pensées positives vous apporteront de bonnes choses – c’est une incarnation émouvante de ces principes. Pour d’autres, c’est une romance à l’ancienne. Pour le reste d’entre nous, c’est amusant involontairement, d’une sorte de rire.

Holmes joue Miranda, la mère veuve de trois enfants. Elle est fauchée et apparemment en proie au malheur, quand une tempête ajoute à ses malheurs en causant des dommages considérables à sa maison.

Bientôt, elle a une rencontre pas si hasardeuse avec Bray (Lucas), qui offre à Miranda et à ses enfants de petites perles de sagesse sur le pouvoir de la positivité, telles que « Plus vous pensez à quelque chose, plus vous l’attirez vers vous . « 

Bray est exceptionnellement désireuse d’aider la famille, ce qui suscite naturellement des soupçons, non seulement à Miranda, mais aussi son petit ami de longue date (Jerry O’Connell), qu’elle a gardé à distance, et sa belle-mère (Celia Weston). Réparer la maison fournit une excuse à Bray pour rester, tandis que des bribes de ses secrets – pas particulièrement bien cachés – tombent progressivement vers le spectateur via des flashbacks.

Réalisé par Andy Tennant (« Sweet Home Alabama »), qui partage le crédit du scénario avec Bekah Brunstetter et Rick Parks, « The Secret » est raisonnablement habile à construire une intrigue utile autour des principes directeurs du livre et d’un vague sens de la spiritualité.

Pourtant, bien qu’il y ait un public pour des films sains – témoin du genre basé sur la foi – voir le message de prise de contrôle de votre vie mis en pratique dans l’histoire, donnant tout, de la pizza aux réservations de dîner, a un certain Noël- sensation de film à elle. Considérez le personnage de Lucas comme l’elfe serviable, apportant soudainement de la magie dans la vie de tout le monde.

Franchement, le moment choisi est soit extrêmement mauvais, soit assez bon. Les gens recherchent peut-être quelque chose de léger et d’espoir, mais avec une pandémie ayant brusquement causé tant de souffrances et de pertes financières, il y a quelque chose d’irritant à l’idée que ses problèmes peuvent être vaincus et que les rêves se réalisent grâce à un état d’esprit altéré.

Holmes et Lucas y jouent certainement assez sérieusement, mais il n’y a pas grand-chose à faire avec de tels personnages en stock. Comme indiqué, beaucoup de gens ont lu le livre de Byrne et regardé le film, mais « The Secret: Dare to Dream » ressemble au mieux à une distraction tiède, même pour ceux qui sont réceptifs à son plan, loin de ce dont les rêves sont faits.

« The Secret: Dare to Dream » est disponible sur demande à partir du 31 juillet. Il est classé PG.