Critique de « The Princess Switch 3 »: Miaou, c’est au tour de Fiona

L’un des moments les plus satisfaisants de « The Princess Switch 3: Romancing the Star » est de voir la méchante intrigante Fiona, en bonnet à paillettes et sandales à talons aiguilles, tamponnant les sols du couvent et de l’orphelinat locaux, travaillant sur la lourde peine de service communautaire qu’elle a mérité l’année dernière dans l’édition précédente de cette série de films Netflix saisonnière réalisée par Mike Rohl.

La seule scène pour couronner le tout est lorsque Fiona (Vanessa Hudgens) essaie de promener un chien et finit par être traînée le long d’un trottoir enneigé comme un traîneau par le très grand danois au bout de la laisse. Mais il s’avère que même cette étrangère débile a quelque chose à apporter lorsque sa cousine la reine Margaret (également Vanessa Hudgens) a besoin de son aide – et peut effectuer son service communautaire.

La cousine américaine de Margaret et Fiona, Stacy (également interprétée par vous-savez-qui), est présente avec le prince Edward (Sam Palladio), son mari beau mais ignorant, pour le concours de Noël très attendu. Une chose est sûre : la célébration sera baignée de suffisamment de lumières pour faire grimper une facture d’électricité ahurissante. Ce qu’ils ne soupçonnent pas, c’est qu’une intrigue aux proportions continentales va bousculer l’impeccable boule à neige qu’est Montenaro.

Cette intrigue impliquerait l’Étoile de la Paix, une précieuse relique décorative du Vatican (qui savait qu’il y avait là une bibliothèque de prêt ?), qui est à peine arrivée qu’elle disparaît mystérieusement. Ce dont la suite royale a besoin, c’est d’une experte en esprit criminel : en un mot, Fiona.

Lorsque la réponse flamboyante à leurs prières pénètre dans la pièce, elle fixe les yeux du mari de Stacy et le salue avec un ronronnement «Bonjour, pack de six royal». C’est comme ça qu’elle parle. Et elle miaule et dit « Zzzzzzzttttt! »

Quiconque a vu l’un de ces films peut simplement prendre le relais des personnages et deviner leurs répliques aussi facilement que les trois cousins ​​peuvent échanger des vêtements et des accents pour se faire passer pour l’un l’autre.

Aussi interchangeables que soient les cousines, Fiona est à l’honneur cette année. Grâce à ses relations, elle produit un ex, Peter Maxwell (Remy Hii), un ancien officier d’Interpol avec la suite sophistiquée d’outils de capture d’escrocs nécessaires pour récupérer l’étoile. Mais, ouvrant la voie à davantage de suites moins superficielles, elle est dessinée comme le seul personnage qui grandit réellement, qui sort de son type de bad-girl unidimensionnel pour révéler sa vulnérabilité. Partageant des souvenirs enfouis depuis longtemps, elle nous aide à comprendre pourquoi elle est froide et distante lorsqu’elle pose son martini à la menthe poivrée et son boa de plumes.

The Princess Switch 3: Romancing the Star
Classé PG. Durée : 1 heure 46 minutes. Regarder sur Netflix.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *