Skip to content

Critique de “ The Gentlemen '': Matthew McConaughey et Hugh Grant dans la comédie policière de retour en forme du réalisateur Guy Ritchie

Portant plusieurs chapeaux en tant que réalisateur, scénariste et producteur, Ritchie se charge d'une liste de stars intrigante, notamment Matthew McConaughey, "Downton Abbey's" Michelle Dockery, "Succession" "Jeremy Strong", "Crazy Rich Asians" http: //rss.cnn. com / "Henry Golding," Sons of Anarchy "Charlie Hunnam, et des rôles exagérés pour Hugh Grant et Colin Farrell.

Rien de tout cela ne s'additionne particulièrement, mais Grant joue un journaliste tabloïd louche tentant de faire chanter les mauvaises personnes, menant le personnage de Hunnam à travers une plongée profonde dans les relations commerciales du vendeur de mauvaises herbes de McConaughey Mickey Pearson, qui tente de céder son entreprise à l'échelle industrielle dans une douce transaction à neuf chiffres.

Il y a, naturellement, une multitude de complications, avec de multiples parties intéressées à la recherche de leur part du gâteau, des éclats de violence fréquents et de nombreux surnoms colorés (et parfois racistes offensants).

Mickey fonctionne selon son propre code de gentleman, donnant à McConaughey une chance de le jouer avec une bravade suave qui, hélas, semble un peu trop rappeler son personnage de voiture commerciale. Heureusement, Grant et Farrell sont toujours amusants d'une manière très excentrique, et Dockery peut montrer son mauvais côté, à peu près aussi loin de Lady Mary que possible.

Alors que "The Gentlemen" est rarement drôle à rire fort, il y a un esprit ironique qui le traverse, et un sens très familier des conventions cinématographiques (y compris un film dans le riff du film) tissé dans le récit.

L'approche de Ritchie n'est clairement pas pour tout le monde, et parfois son travail semble si épris de lui-même – élevant le style au-dessus de la substance – il y a le risque de se vider de ses propres ressources. Ici, la nature mouvementée de l'action empêche de se laisser entraîner dans ce qui se passe, ce qui inclut quelques menaces hors champ.

Dans ce cas, cependant, les plaisirs et les caprices du film surmontent généralement ses excès, l'avertissement étant qu'il est plus gratifiant de savourer des moments individuels que de s'inquiéter ou d'essayer de donner un sens à chaque rebond.

Le dialogue est trop fièrement vulgaire pour appeler le film chic, mais il y a un aspect ludique à voir ces acteurs se frayer un chemin à travers ce monde impitoyable. En ce sens, les voir tous déguisés est fondamentalement une récompense suffisante, même si "The Gentlemen" ne leur donne vraiment pas grand-chose à faire.

"The Gentlemen" sort le 24 janvier aux États-Unis. Il est noté R.

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *