Critique de « Peter Rabbit 2: The Runaway »: Rabbit Redux

« Peter Rabbit 2 : le fugitif » veut avoir sa carotte et la manger aussi. Pour tous ceux qui se sont plaints que l’hybride d’action-animation en direct de 2018 « Peter Rabbit » a trahi la vision fantaisiste de Beatrix Potter et semblait moins préoccupé par le pillage des légumes de M. McGregor que par son propre raid sur les catalogues de musique d’entreprise, la suite, une fois de plus dirigée par Will Gluck, anticipe de telles objections.

Bea (Rose Byrne), la mère porteuse des lapins, a fait de leurs aventures un livre. Son succès attire l’attention d’un éditeur (David Oyelowo), qui courtise Bea avec des voitures de luxe et les lapins avec de l’eau gazeuse et des crudités. Il envisage une série de 23 livres avec 109 personnages. Bea craint que son travail ne soit adapté en quelque chose de impertinent et de tendance – en d’autres termes, dans un film comme « Peter Rabbit 2 ». Et s’il est ennuyeux de regarder un suivi se moquer de lui-même tout en se moquant implicitement des téléspectateurs pour avoir acheté des billets pour un Peter Rabbit grossier, la vanité offre la preuve que les choses auraient pu être pires. Au moins, Gluck n’envoie pas Peter dans l’espace.

Ce qui est également ennuyeux, c’est que les calculs commerciaux sont toujours plus vivants que le dialogue sain entre Peter (James Corden fournit sa voix) et le nouveau mari de Bea, Thomas (Domhnall Gleeson, mal interprété à la fois comme un rôle romantique et le M. Wilson à Peter Dennis la menace) . C’est plus amusant quand Peter, après avoir boudé la marche jusqu’à Green Day, rencontre Barnabas (Lennie James), un lapin voleur qui l’enrôle pour un braquage sur un marché de producteurs. Note aux cerveaux criminels de lapin : le score du prix est le fruit séché.

Peter Rabbit 2 : La fugue
Classé PG. Durée : 1 heure 33 minutes. Dans les théâtres.

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

Comments