Critique de la « sous-location » : un voyageur moins qu’intrépide

Une romance gay discrète, « Sublet » suit un écrivain de voyage fictif d’âge moyen du New York Times chargé de découvrir ce qui se passe à Tel Aviv au cours de cinq jours. Michael (joué par John Benjamin Hickey avec une bienséance gardée et une vulnérabilité hérissée) semble en contradiction avec l’énergie folle de la ville. Lorsqu’il arrive à sa résidence temporaire dans un quartier particulièrement branché de la ville, il est pris au dépourvu par Tomer (Niv Nissim), son « propriétaire » à l’esprit libre et chaotique, qui loue sa maison à des touristes pour de l’argent supplémentaire.

Le film ne subvertit pas exactement son cliché « quand deux mondes se rencontrent », et ses signaux musicaux pétillants mais boiteux ne sont d’aucune aide. Le réalisateur israélien Eytan Fox offre un aperçu de deux générations d’hommes homosexuels qui peuvent parfois sembler superficiels. Néanmoins, il crée une étude de double personnage agréablement discrète.

Avec Tomer comme guide, Michael, raide et à lunettes, qui est tranquillement sous le choc d’une perte personnelle, voit le « vrai » Tel-Aviv, c’est-à-dire le Tel-Aviv d’un bohème d’une vingtaine d’années qui n’a jamais été persécuté pour son orientation sexuelle. . Les deux apprécient les restaurants locaux, assistent à un spectacle de danse d’avant-garde et visitent une discothèque, bien que Michael l’appelle une nuit lorsque Tomer lui propose de la MDMA.

La critique de Fox va dans les deux sens. Tomer est un enfant sauvage fauché et phobique de l’engagement, tandis que Michael, isolé par son privilège et façonné par l’épidémie de sida, se révèle terriblement déconnecté, lorsque, par exemple, il tente de peser sur les efforts du gouvernement israélien pour faire taire artistes.

En même temps, le film ne s’intéresse jamais au prosélytisme politique ; il ne dépeint pas non plus une histoire d’amour bouleversante. Bien que loin de l’étalon-or des drames de « brève rencontre » comme « Weekend » d’Andrew Haigh, « Sublet » vous séduit néanmoins par son charme subtil et sa représentation douce de deux hommes nouant une connexion inattendue.

Sous-louer
Non classé. Durée : 1 heure 29 minutes. Dans les théâtres.

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

Comments