Critique de « Jazz Fest : A New Orleans Story » : un événement avec une saveur unique

Comme cela a été démontré dans des films aussi variés que “Monterey Pop”, “Woodstock” et “Summer of Soul”, les festivals de musique ne peuvent s’empêcher de tirer une partie de leur ambiance de leurs décors. Comme en témoignent des musiciens du monde entier dans le documentaire “Jazz Fest : A New Orleans Story”, réalisé par Frank Marshall et Ryan Suffern, le festival annuel de jazz de la ville de Louisiane a une saveur irreproductible car il se déroule dans le berceau de la musique américaine.

Le montage d’ouverture du film, mettant en vedette des visages célèbres familiers allant de Tom Jones à Pitbull, est – heureusement – ​​un peu faux. Ces grands noms et d’autres jouent (et dans ce que certains pourraient considérer comme un long métrage malheureux, Jimmy Buffett joue beaucoup) mais le film est consciencieusement attentif à l’éclectisme local du festival.

Explorant l’atmosphère musicale de la Nouvelle-Orléans elle-même, le film présente des experts exposant les distinctions entre Cajun et Zydeco, par exemple. Alors que les deux sont de la musique de danse qui échange de vieilles mélodies, cette dernière comprend une guitare électrique et une planche à laver et vient à vous “comme un train de marchandises”.

L’entrepreneur George Wein, qui a fondé le Newport Jazz Festival, a participé à la création du Jazz Fest en prenant sagement le musicien Ellis Marsalis (vous connaissez peut-être le travail du pianiste, ou celui de ses fils, dont Wynton et Branford) comme son docent de la Nouvelle-Orléans. Le travail d’organisation a été rapidement pris en charge par le jeune passionné de musique Quint Davis, qui est toujours aux commandes aujourd’hui.

L’histoire bouillonnante – qui cite également les tentes de restauration sur place comme un élément époustouflant de l’attrait du festival – devient larmoyante lorsque l’ouragan Katrina décime la Nouvelle-Orléans en 2005. Mais la musique est revenue comme un miracle, et le film rapporte qu’après un reporté de deux ans en raison de Covid-19, l’événement est actuellement sur la piste du retour.

Jazz Fest : Une histoire de la Nouvelle-Orléans
Classé PG-13 pour un petit langage impertinent. Durée : 1h34. Dans les théâtres.