Critique de «  Blithe Spirit  »: mort, mais ne l’aimant pas

Comédie plus lâche que vicieuse, «Blithe Spirit» d’Edward Hall, une adaptation ridicule de la pièce de théâtre de Noël Coward en 1941, réinvente son matériel source comme rien de plus qu’une farce glissante.

Dan Stevens joue le rôle de Charles, une quasi-parodie d’un écrivain bloqué qui a littéralement mangé les mots qu’il vient de taper. Chargé d’écrire le scénario de l’un de ses romans les plus vendus, Charles est désespéré: assommé par le dysfonctionnement de la chambre («Big Ben a cessé de sonner», gémit-il à un ami), il espère trouver l’inspiration en invitant un médium en disgrâce (Judi Dench ) pour animer une séance dans son imposant manoir Art Déco.

Ce qui est libéré, cependant, n’est pas ce à quoi Charles s’attend alors que le fantôme de sa première femme, Elvira (Leslie Mann), tuée dans un accident de cheval des années plus tôt, emménage et prend ombrage à son remplaçant (Isla Fisher). Elvira, visible uniquement de Charles et du public, et dotée d’une garde-robe fantomatique bien garnie, est tout sauf heureuse: démolir le jardin et lancer des couteaux à l’aide, elle s’avère aussi difficile à se débarrasser – et à peu près aussi divertissante – que moisissure noire.

Propulsé par des personnages ennuyeux et des configurations torturées, «Blithe Spirit» (filmé à l’origine par David Lean en 1945) est une curiosité datée. Fusionnant Twittery de la croûte supérieure avec des absurdités hocus-pocus que même Dench ne peut vendre, le dialogue encourage Elvira à harceler et tout le monde à sur-émouvoir. Une bouffonnerie excédentaire et une nouvelle fin n’ajoutent rien à l’original, nous laissant avec un film obsédé par la mort tout en montrant trop peu de signes de vie.

Esprit béat
Classé PG-13 pour les boissons à pointes et les dialogues délicats. Durée: 1 heure 35 minutes. Dans les théâtres et disponibles à la location ou à l’achat sur jeu de Google et Vudu. Veuillez consulter Les lignes directrices décrit par les Centers for Disease Control and Prevention avant de regarder des films dans les cinémas.