Critique de « Black as Night » et « Bingo Hell »: des héros marginalisés

« L’été où j’ai eu des seins, c’était le même été où j’ai combattu des vampires », nous dit la fougueuse Shawna (Asjha Cooper) au début de « Black as Night » de Maritte Lee Go, un moment difficile dans le grand- Conte facile et l’une d’une paire de comédies d’horreur qui commencent à être diffusées cette semaine sur Amazon dans le cadre de la Bienvenue dans l’anthologie Blumhouse. L’autre est « Bingo Hell » de Gigi Saul Guerrero ; et bien que les deux soient très différents, ils partagent néanmoins une sensibilité sociopolitique qui défend les opprimés et fait des héros des marginalisés.

Dans « Black as Night » (l’option la plus froide et la plus éphémère), les effets persistants de l’ouragan Katrina saupoudrent un scénario (de Sherman Payne) qui voit les sans-abri de la ville se transformer en une armée de vampires par un ancien über-suceur de sang esclave (Keith David) . Alors que Shawna et son acolyte, un immigrant mexicain gay (Fabrizio Guido), se battent pour arrêter le massacre à l’ancienne – avec du soleil, de l’ail et de l’eau bénite – Payne utilise leur quête pour s’attaquer directement au colorisme, à la dépendance et à la tension entre les Français. Quartier et les projets. Les effets spéciaux sont bons, même s’ils ne sont pas remarquables, mais les acteurs sont dedans et le script parvient à être réfléchi sans nuire au plaisir.

La cupidité et la gentrification sont les deux malédictions qui animent « Bingo Hell », un regard chaleureux sur ce qui se passe lorsqu’une entité maléfique coopte une salle de bingo pour retraités. Des gens disparaissent dans la communauté à faible revenu d’Oak Springs, mais Lupita (Adriana Barraza), l’animatrice locale qui déteste les hipsters, est sur l’affaire. Enflammée par les changements dans son quartier bien-aimé, Lupita est encore plus troublée par la sinistre silhouette à pleines dents (Richard Brake) qui a transformé la salle de bingo en un casino tape-à-l’œil et crachant de l’argent.

Image

Crédit…Amazon Studios

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.