Dernières Nouvelles | News 24

Crise en Haïti : les États-Unis et le Canada ne sont pas intéressés par l’envoi de forces armées

LES NATIONS UNIES –

Les États-Unis et le Canada – les deux pays les plus souvent mentionnés comme dirigeants possibles d’une force armée internationale pour aider Haïti à combattre les gangs – n’ont montré aucun intérêt mardi à déployer du personnel de sécurité malgré les appels renouvelés des Nations Unies et d’Haïti pour aider à mettre fin à la détérioration violence dans le pays le plus pauvre de l’hémisphère occidental.

L’ambassadeur adjoint des États-Unis, Robert Wood, a déclaré au Conseil de sécurité de l’ONU qu'”Haïti doit relever ses défis d’insécurité persistants”, et il a encouragé la communauté internationale à soutenir ses efforts.

L’ambassadeur du Canada à l’ONU, Robert Rae, a déclaré que le monde doit tirer les leçons de toutes les interventions militaires précédentes en Haïti, qui n’ont pas réussi à apporter une stabilité à long terme au pays, et s’assurer qu’à l’avenir, les solutions “doivent être dirigées par les Haïtiens et par les institutions haïtiennes”.

Le Premier ministre haïtien Ariel Henry et le Conseil des ministres du pays ont envoyé un appel urgent le 7 octobre appelant au “déploiement immédiat d’une force armée spécialisée, en quantité suffisante” pour mettre fin à la crise causée en partie par les “actions criminelles des gangs armés”.

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a lancé l’appel, mais plus de trois mois plus tard, aucun pays ne s’est manifesté.

Helen La Lime, l’envoyée spéciale de l’ONU pour Haïti, a réitéré l’appel du secrétaire général, déclarant au conseil que “la violence liée aux gangs a atteint des niveaux jamais vus depuis des années”.

Les meurtres et les enlèvements ont augmenté pour une quatrième année consécutive en 2022, a-t-elle déclaré, soulignant 1 359 enlèvements, soit plus du double du nombre en 2021 et une moyenne d’environ quatre par jour, et des meurtres en hausse d’un tiers pour atteindre 2 183, touchant tous les segments de la société, y compris un ancien candidat à la présidence et directeur de l’Académie nationale de police.

Sur le front politique, a déclaré La Lime, l’expiration du mandat des 10 derniers sénateurs en fonction le 9 janvier signifie “qu’il ne reste plus un seul élu dans le pays”.

Bien que cela pose un “profond défi”, a-t-elle dit, c’est aussi une opportunité pour les Haïtiens d’examiner les causes profondes du dysfonctionnement dans le pays et de les résoudre.

L’envoyé de l’ONU a souligné deux développements clés – l’adoption à l’unanimité par le Conseil de sécurité en octobre d’une résolution imposant des sanctions aux individus et aux groupes menaçant la paix et la stabilité dans le pays, à commencer par un puissant chef de gang, et la signature le 21 décembre par un large éventail des responsables politiques, civils, religieux, syndicaux et du secteur privé d’un “Accord national de consensus pour une transition inclusive et des élections transparentes”.

L’accord établit un calendrier pour l’installation d’un gouvernement élu d’ici février 2024, y compris des mesures immédiates pour promouvoir les réformes fiscales et augmenter les revenus de l’État, a déclaré La Lime. Un Haut Conseil de transition a été nommé qui travaillera avec le gouvernement pour faire des nominations à la plus haute cour du pays, a-t-elle déclaré.

La lime a déclaré que l’accord, dont les adhérents grandissent chaque jour, est “le signe le plus prometteur qui émerge des efforts de dialogue jusqu’à présent”. Avec les sanctions de l’ONU, il “offre une voie claire vers la restauration de la démocratie et de la légitimité”, a-t-elle déclaré.

Mais La Lime a déclaré que le déploiement d’une force internationale spécialisée est un troisième élément essentiel nécessaire pour renforcer la police, les sanctions et la transition.

Sans une force internationale, a-t-elle déclaré, “les effets très positifs du processus politique et des sanctions jusqu’à présent resteront fragiles et susceptibles d’être inversés”.

L’ambassadeur d’Haïti à l’ONU, Antonio Rodrigue, a cité les efforts en cours pour mettre en œuvre l’accord, mais a qualifié la situation actuelle “d’urgence” et a averti que le rétablissement de la sécurité était une condition préalable pour que le pays puisse aller de l’avant.

« Sans sécurité, nous ne pouvons pas avoir d’élections justes, transparentes et démocratiques ni rétablir le fonctionnement normal des institutions du pays », a-t-il averti.

Rodrigue a exhorté la communauté internationale à répondre à l’appel renouvelé du secrétaire général António Guterres pour le déploiement immédiat d’une force internationale “pour nous aider à réprimer les gangs et nous permettre de finaliser le processus de rétablissement de l’ordre démocratique dans notre pays”.

“C’est un impératif en ce moment”, a déclaré Rodrigue. “Nous ne pouvons pas attendre et la situation sécuritaire pourrait s’aggraver d’un jour à l’autre, et aggraver le sort des personnes qui souffrent déjà terriblement.”

En ce qui concerne la souffrance, l’envoyé de l’ONU, La Lime, a déclaré au conseil que les gangs avaient intentionnellement bloqué l’accès à la nourriture, à l’eau et aux services de santé – pendant l’épidémie actuelle de choléra – et près de 5 millions d’Haïtiens à travers le pays sont confrontés à une faim aiguë.

Articles similaires