Skip to content

Le pays sud-américain a précédemment déployé des militaires pour protéger les navires amis de telles attaques. L'ambassadeur du Venezuela à l'ONU, Samuel Moncada, a sonné l'alarme au sujet de ce qu'il a décrit comme les intentions hostiles de Washington plus tôt samedi, demandant au Conseil de sécurité de mettre fin aux États-Unis. «Bellicisme et politiques criminelles».

Les pétroliers iraniens transportant de l'essence vers les ports du Venezuela sont confrontés à "la menace d'un recours imminent à la force militaire par les États-Unis", a-t-il déclaré plus tard à ses abonnés sur Twitter, ajoutant que cela reviendrait à «Un acte de guerre» contre son pays.

L'attaque armée contre des pétroliers, exerçant le libre-échange et la navigation entre nations souveraines, est un crime d'agression. Un blocus naval est aggravé par le fait qu'il vise à priver une population entière de ses moyens de subsistance vitaux. C'est un crime d'extermination!

Plusieurs jours avant le discours de Moncada, la Maison Blanche envisageait des mesures en réponse aux expéditions de carburant de l'Iran, Reuters a cité un haut responsable de l'administration Trump la semaine dernière. Ils ont noté que la livraison serait "importun" pour les États-Unis et la région.

La lettre de Moncada suggérait qu’une force opérationnelle navale composée de navires de guerre américains, britanniques, français et néerlandais "Entourant les côtes" du Venezuela "Avec une attitude hostile et agressive." Le déploiement a été déguisé en une mission de lutte contre les stupéfiants, mais son véritable objectif est d'imposer illégalement un blocus naval au Venezuela, a expliqué Moncada.




Aussi sur rt.com
Des militaires vénézuéliens escorteront des pétroliers iraniens à Caracas contre le blocus naval de facto des États-Unis



Auparavant, les forces armées vénézuéliennes avaient envoyé des navires de combat et des avions pour protéger les pétroliers iraniens une fois entrés dans la zone économique exclusive du pays. La menace du blocus, qu'elle soit réelle ou perçue, semble être un autre péril pour une nation sud-américaine déjà paralysée par le ralentissement économique.

Même si le Venezuela possède les plus grandes réserves prouvées de pétrole au monde, il a dû déclarer un «Urgence énergétique» en février sur le dos de sanctions américaines radicales.

Vous pensez que vos amis seraient intéressés? Partagez cette histoire!