Actualité du moment | News 24

COVID: Une étude de l’UBC examine les effets des restrictions de voyage

Une nouvelle étude qui revient sur les première et deuxième vagues de la pandémie en 2020 et 2021 indique que les restrictions de voyage interdisant l’entrée au Canada ont considérablement réduit le nombre de cas de COVID-19 entrant dans le pays.

Cependant, selon les chercheurs, ce n’était toujours pas suffisant pour arrêter de nouvelles épidémies.

Dans l’étude, publiée mardi dans la revue à comité de lecture eLife, des chercheurs de l’Université de la Colombie-Britannique ont examiné les données publiques sur les séquences du génome viral collectées en 2020 et au début de 2021 pour trouver la source géographique de chaînes spécifiques de transmission du COVID-19.

Ils ont constaté que quatre semaines après que le Canada a restreint l’entrée de la plupart des ressortissants étrangers en mars 2020, le nombre de cas de COVID-19 traversant la frontière vers le pays avait été multiplié par 10.

“Les importations de COVID-19 s’accéléraient avant mars 2020, mais ont connu une baisse forte et drastique après la mise en place de restrictions de voyage”, a déclaré Angela McLaughlin, candidate au doctorat en bioinformatique à l’UBC et auteur principal de l’étude, dans une presse. Libération.

“Les données montrent que les restrictions de voyage fédérales peuvent être efficaces pour réduire les importations virales lorsqu’elles sont mises en œuvre rapidement.”

Mais COVID-19 était déjà là, et les restrictions de voyage ne pouvaient pas arrêter cela.

Le printemps et l’été 2020 ont vu les niveaux de cas quotidiens à l’un des plus bas au niveau national, mais la circulation se produisait toujours dans le pays, selon l’étude, avec des chaînes de transmission spécifiques persistant jusqu’à l’automne 2020.

Alors que les restrictions de voyage se sont assouplies en novembre 2020, permettant davantage d’entrées dans le pays ainsi que des exigences de quarantaine raccourcies, l’importation internationale de cas de COVID-19 a rebondi.

Des variantes préoccupantes, à commencer par la variante Alpha, ont commencé à faire leur chemin au Canada. Les chercheurs ont estimé que 30 sous-lignées génétiques uniques de la variante Alpha, également connue sous le nom de B.1.1.7, étaient entrées dans le pays fin février 2021.

De nombreux facteurs, tels que l’état de la lutte mondiale contre le COVID-19, y compris l’émergence de ces variantes ailleurs dans le monde, rendent plus difficile l’impact des restrictions de voyage plus tard dans la pandémie, ont déclaré les chercheurs.

«Les restrictions de voyage ont un rendement décroissant si la transmission nationale est élevée, si des variantes hautement transmissibles se généralisent à l’échelle mondiale, ou s’il existe de nombreuses personnes exemptées de restrictions de voyage et de quarantaine sans accès à des tests rapides», déclare McLaughlin.

Le 21 mars 2020, en réponse à la pandémie, les États-Unis et le Canada ont mutuellement fermé la frontière aux voyages récréatifs après avoir déjà fermé ses frontières à la plupart des non-citoyens cherchant à entrer dans le pays.

Moins d’un mois après ces restrictions, les chercheurs ont découvert que les importations de COVID-19 étaient passées de 58,5 sous-lignées du virus en moyenne par semaine à seulement 10,3 fois moins en quatre semaines.

Il y avait encore des «sous-lignées nouvellement ensemencées» au cours de l’été 2020 alors que la transmission nationale se poursuivait. Les restrictions de voyage ont été légèrement assouplies à l’automne, bien que la frontière terrestre américaine n’ait été rouverte aux voyages non essentiels qu’en août 2021.

Au cours de la première vague de la pandémie au début de 2020, 49 % des importations virales de COVID-19 au Canada provenaient probablement des États-Unis, selon l’étude, entrant principalement par le Québec et l’Ontario.

Les États-Unis étaient toujours la plus grande source internationale de COVID-19 pour le Canada lors de la deuxième vague, selon les données, à 43 %. Les cas en provenance d’Inde représentaient 16% de ceux venus de l’extérieur du pays lors de la deuxième vague, tandis que les cas en provenance du Royaume-Uni représentaient 7%.

Si les restrictions avaient été maintenues à leur maximum plus longtemps, elles auraient pu empêcher davantage de transmission, ont affirmé les chercheurs, mais cela aurait eu des conséquences dans d’autres domaines.

“Les répercussions sociales et économiques des restrictions de voyage doivent être pesées par rapport au risque d’importations virales sans entrave, qui ont le potentiel de surcharger le système de santé”, a déclaré Mclaughlin.

«Nous sommes maintenant à l’ère des maladies infectieuses», a déclaré le Dr Jeffrey B. Joy, professeur adjoint au département de médecine de l’UBC et auteur principal de l’étude, dans le communiqué. “Cette étude met en évidence l’importance croissante de l’épidémiologie génomique, rendue possible par le partage des données de séquence génomique, pour informer et évaluer la politique de santé publique pour lutter contre les épidémies virales actuelles et futures menaçant la société.”

____

Quelles questions avez-vous sur les règles de voyage au milieu de COVID-19 ?

CTVNews.ca veut entendre les Canadiens pour toute question.

Dites-nous ce que vous aimeriez savoir concernant les règles d’entrée ou de sortie du Canada.

Pour soumettre votre question, envoyez-nous un courriel à [email protected] avec votre nom, votre emplacement et votre question. Vos commentaires peuvent être utilisés dans une histoire de CTVNews.ca.