COVID-19 : l’Italie impose des restrictions plus strictes pour les non vaccinés – mais des doutes subsistent quant à la manière dont les règles seront appliquées |  Nouvelles du monde

Les Italiens sont confrontés à des règles plus strictes à partir d’aujourd’hui s’ils ne sont pas vaccinés contre le COVID-19.

Le « Super Green Pass » nécessitera la vaccination, plutôt que d’inclure ceux qui ont reçu un résultat de test négatif, et il sera nécessaire pour assister à des événements sportifs, des concerts, des théâtres, des restaurants en salle et des événements publics.

Le Green Pass normal, qui peut être obtenu avec un résultat de test négatif, sera acceptable pour l’utilisation des transports locaux et des hôtels.

Cependant, des doutes subsistent quant à la manière dont les règles seront appliquées dans les transports publics, compte tenu de la fréquentation des trains et des bus aux heures de pointe.

Les travailleurs de la santé doivent déjà être vaccinés mais, à partir du 15 décembre, la règle inclura également tout le personnel scolaire, la police et l’armée.

Les booster jabs, actuellement disponibles pour les plus de 40 ans, seront disponibles pour les plus de 18 ans.

L’Italie a signalé dimanche 43 nouveaux décès dus au COVID-19, ainsi que 15 021 nouvelles infections, tous deux en baisse par rapport aux chiffres de la veille.

Mais il fait partie d’un certain nombre de pays préoccupés par la nouvelle variante Omicron, qui serait plus transmissible que la variante Delta dominante actuelle.

Suivez le podcast Quotidien sur Podcasts Apple, Google Podcasts, Spotify, diffuseur

L’Italie a signalé plus de cinq millions de cas depuis le début de la pandémie au début de l’année dernière et plus de 134 000 décès – le deuxième nombre de morts en Europe après le Royaume-Uni et le neuvième au monde.

L’agent de santé Annamaria Di Capua a déclaré à Reuters: « Je sais par expérience ce que nous, les travailleurs du système de santé public, avons souffert et ce que les gens et les citoyens ont souffert.

« Maintenant, toute mesure est nécessaire et utile. »

Sonila Cera, une habitante de Padoue, a déclaré à l’agence de presse : « Étant vaccinée, je veux aller dans un restaurant ou ailleurs en me sentant plus en sécurité. Si ceux qui ne sont pas vaccinés entrent également, alors je me sens moins en sécurité.

Le directeur du restaurant Paolo Nonnis a ajouté : « Nous contrôlons régulièrement les clients qui entrent dans le restaurant et mangent dans les salles à manger avec le contrôle du code QR.

« C’est une bonne chose car cela nous permet d’aller de l’avant et de travailler et permet aux gens d’utiliser les services publics. »

Ailleurs en Europe :

• Le nouveau gouvernement allemand veut rendre les vaccinations COVID-19 obligatoires à partir de la mi-mars pour ceux qui travaillent dans les hôpitaux, les maisons de soins infirmiers et d’autres cabinets médicaux. On pense que les gens auraient également la possibilité de prouver qu’ils se sont rétablis du virus ou de présenter un certificat médical prouvant qu’ils ne peuvent pas être vaccinés.

• Il y a eu plus de manifestations en Belgique contre le resserrement des restrictions COVID-19. La plupart étaient pacifiques, mais la police a utilisé des canons à eau et des gaz lacrymogènes pour disperser un petit groupe. De nouvelles mesures ont été annoncées vendredi, la troisième semaine consécutive que le gouvernement a introduit des règles plus strictes. Les dernières incluent une fermeture anticipée des garderies et des écoles primaires, des masques obligatoires pour les enfants à partir de six ans et une limite de 200 personnes lors des événements en salle.

• La Roumanie a signalé samedi ses deux premiers cas de variante Omicron – deux Roumains rentrés d’Afrique du Sud le 30 novembre. Les deux, qui ne voyageaient pas ensemble, sont isolés et ne présentent aucun symptôme, a déclaré le ministère de la Santé. La Roumanie a le deuxième taux de vaccination le plus bas de l’UE.

• L’Espagne prévoit de vacciner les enfants âgés de 5 à 11 ans dès que possible, avec 1,3 million de doses de vaccin pédiatrique de Pfizer qui devraient arriver le 13 décembre. Deux millions de doses supplémentaires sont attendues le mois prochain.

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.