Skip to content

Coup dur pour Boris Johnson alors que les électeurs soutenaient la Cour suprême en déclarant qu'il était DROIT de le battre contre sa fermeture parlementaire – mais ils veulent toujours que les politiciens cessent de parler et livrent le Brexit

  • La moitié des personnes interrogées par ComRes estiment que le jugement de mardi est correct
  • Seulement 29% pensaient que c'était faux, 21% n'étaient pas sûrs
  • Mais 60% pensent que les députés ont déjà eu "suffisamment de temps" pour discuter

Le public a estimé que la Cour suprême avait eu raison de donner à Boris Johnson une défaite humiliante face à sa tentative de fermeture du Parlement, révèle un nouveau sondage.

La moitié (50%) des personnes interrogées par ComRes étaient convaincues que le jugement de mardi, qui avait choqué Westminster, était celui qui avait choqué Westminster, était correct, contre 29% qui pensaient que c'était faux.

Cependant, malgré la décision du tribunal suprême d'autoriser le Parlement à ouvrir à nouveau ses portes, une majorité d'électeurs ne souhaite pas voir un débat parlementaire plus approfondi sur le départ du Royaume-Uni de l'UE.

Quelque 60% souhaitaient qu’ils s’engagent dans le Brexit, reconnaissant que les députés avaient déjà eu «suffisamment de temps» pour discuter.

Coup dur pour Boris Johnson alors que les électeurs soutiennent la Cour suprême en déclarant qu'il était DROIT d'arrêter la prorogation

Coup dur pour Boris Johnson alors que les électeurs soutiennent la Cour suprême en déclarant qu'il était DROIT d'arrêter la prorogation

La Cour suprême a statué hier (photo) que la prorogation du Parlement par M. Johnson était illégale et que des députés ont repris leur siège aujourd'hui.

Coup dur pour Boris Johnson alors que les électeurs soutiennent la Cour suprême en déclarant qu'il était DROIT d'arrêter la prorogation

Geoffrey Cox, furieux aujourd’hui, a rejeté les appels qui lui étaient adressés, lui disant que la prorogation était légale – et décrié par le fait que le Parlement bloquait «immoralement» les élections.

Le procureur général a ridiculisé les déclarations qu'il devrait quitter après que son opinion ait été rejetée par les plus hauts juges britanniques hier.

Il a déclaré aux députés que la Cour suprême avait "adopté une nouvelle loi", ce qu'il a dit "parfaitement habilitée" à le faire.

M. Cox s'est également attaqué à Jeremy Corbyn et à d'autres partis de l'opposition qui bloquent les tentatives de Boris Johnson de se rendre dans le pays pour un nouveau mandat. Il a ajouté qu'une nouvelle candidature pour se rendre dans le pays serait présentée "sous peu" et a exhorté le "gang indomptable" à la soutenir.

Coup dur pour Boris Johnson alors que les électeurs soutiennent la Cour suprême en déclarant qu'il était DROIT d'arrêter la prorogation

Le public a estimé que la Cour suprême avait eu raison de donner à Boris Johnson une défaite humiliante face à sa tentative de fermeture du Parlement.

Le leader du parti travailliste a insisté ce matin sur le fait qu'un scrutin ne doit pas être déclenché avant que la date limite du Brexit n'ait été repoussée au-delà de la date du "faire ou mourir" de M. Johnson, à savoir le 31 octobre.

"Ce Parlement est un Parlement mort, il n'a pas le droit de s'asseoir sur ces bancs verts", a-t-il explosé.

«Ce Parlement devrait avoir le courage de faire face à l'électorat. Le moment vient où même ces dindes ne pourront empêcher Noël.

M. Cox a laissé entendre que le gouvernement pourrait présenter un projet de loi à une ligne pour organiser des élections à une date fixe. Cela ne nécessiterait qu'une majorité simple, plutôt que le seuil des deux tiers requis par la voie de la loi sur les parlements à durée déterminée.

Publicité

Source

Heliabrine Monaco

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *