Skip to content

Le coronavirus devrait avoir un impact limité sur l'économie de la zone euro tant que l'épidémie culmine au cours des trois premiers mois de 2020, a annoncé jeudi la Commission européenne.

Mais cela pourrait changer si l'épidémie dure plus longtemps, a-t-il ajouté.

La Commission a émis cet avertissement dans ses prévisions économiques actualisées pour la zone euro, qui prévoyaient une croissance régulière à 1,2% cette année et l'an prochain – inchangé par rapport à sa version de novembre.

"Les perspectives de l’économie européenne sont d’une croissance stable, quoique modérée, au cours des deux prochaines années", a déclaré le directeur économique de la Commission, Paolo Gentiloni, dans un communiqué. «Quant au coronavirus, il est trop tôt pour évaluer l'étendue de son impact économique négatif.»

Cependant, il ne faudra pas longtemps avant que les effets secondaires du COVID-19 se répercutent sur l’économie de la zone euro. Les autorités chinoises ont fermé des usines dont les entreprises du monde entier dépendent pour leurs produits, afin de juguler l'épidémie.

"Plus elle dure … plus la probabilité d'effets d'entraînement sur le sentiment économique et les conditions de financement mondiales est élevée", selon les prévisions.

Les craintes entourant le virus ont également entamé la confiance économique que les États-Unis et la Chine ont soutenue avec leur récent accord commercial, a-t-il ajouté.

La Banque centrale européenne peut quant à elle prendre courage alors que la Commission a relevé ses prévisions d'inflation plus près de l'objectif de près de moins de 2%.

Bruxelles a augmenté ses prévisions pour 2020 et 2021 de 0,1 point de pourcentage chacune, ce qui les porte à 1,3% cette année et à 1,4% pour la suivante.

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *