Congrès du NPD : des manifestants pro-palestiniens organisent un rassemblement

Un groupe de manifestants pro-palestiniens a organisé une manifestation samedi lors du congrès du NPD à Hamilton, en Ontario, provoquant des perturbations à l’intérieur du bâtiment.

La manifestation a eu lieu alors que le chef du NPD, Jagmeet Singh, prononçait son discours au cours de la deuxième journée du congrès, qui se tenait au Hamilton Convention Centre, avant un vote à la direction.


Vidéo sur les réseaux sociaux a montré des manifestants dans une cage d’escalier alors que la police leur bloquait le chemin.

Kevin Gallagher, correspondant sur la colline parlementaire de CTV National News, a déclaré samedi à CTV News Channel que les manifestants ont appelé à une résolution du NPD qui condamnerait le traitement des Palestiniens dans la bande de Gaza, l’occupation de la Cisjordanie, et déclarerait Israël un État d’apartheid.

« Les Palestiniens ont le droit de résister », a déclaré Ghada Sasa, candidate au doctorat en sciences politiques à l’Université McMaster et réfugiée palestinienne de troisième génération, participante à la manifestation.

Le groupe ne dénoncerait pas les atrocités commises par le Hamas.

« Je pense qu’en pointant du doigt le Hamas, vous essayez de délégitimer la résistance palestinienne », a déclaré Sasa.

Dans un communiqué, un porte-parole du service de police de Hamilton a déclaré que le directeur général du centre des congrès avait contacté la police à 11 h 18, heure locale.

La GRC a contacté la police de Hamilton peu de temps après, a ajouté le porte-parole.

« Il y avait environ 25 à 30 personnes. Il n’y a eu aucune arrestation. Il y a eu une agression et la police poursuit son enquête. Les individus ont quitté les lieux », indique le communiqué.

Certains délégués du NPD ont soutenu les manifestants et se sont joints à leur appel à l’action.

« La position du NPD est beaucoup trop faible », a déclaré Julius Arscott, délégué du NPD. « Le NPD doit s’opposer au génocide du peuple palestinien, qui a la corde autour du cou depuis des décennies. »

Le parti a rapidement suspendu les laissez-passer de quatre délégués qui, selon eux, violaient la politique du parti en matière de harcèlement.

« Les gens qui font irruption font que les gens ne se sentent pas en sécurité, ce n’est pas ainsi que nous procédons, a déclaré Heather McPherson, députée néo-démocrate et porte-parole en matière d’affaires étrangères.

S’adressant aux journalistes, Singh a déclaré que le parti croyait au droit démocratique à la dissidence et aux désaccords, à condition qu’ils se produisent de manière respectueuse et sûre.

« Nous avons exposé nos déclarations en fonction de notre position sur les questions concernant Israël et la Palestine », a-t-il déclaré.

« Nous avons dit très clairement, en ce qui concerne les événements récents, que nous dénoncions les attaques terroristes du Hamas. Nous avons dit très clairement que nous étions préoccupés par les violations des droits de l’homme et du droit international. Et nous Nous sommes profondément préoccupés à l’heure actuelle par les pertes de vies humaines très graves et imminentes à Gaza.

« Et nous avons dit très clairement que notre position est que la seule façon d’avancer maintenant est de voir tous les otages libérés et un cessez-le-feu immédiat pour sauver des vies innocentes, et nous avons donc exposé très clairement notre vision et notre position. »

RÉSOLUTION D’URGENCE SUR LES PASS DE GUERRE ISRAÉL-HAMAS

Les membres ont passé environ une demi-heure à débattre d’un certain nombre de résolutions d’urgence, dont une traitant de la situation au Moyen-Orient.

La résolution d’urgence sur la guerre entre Israël et Gaza appelle le Canada à condamner les « attaques terroristes du Hamas », à appeler à la fin du « siège total de Gaza par Israël, qui est interdit par le droit international » et à exiger un cessez-le-feu.

« Il s’agit d’un désastre, d’un désastre humanitaire et politique aux proportions énormes et cela s’aggrave à mesure que nous le regardons. » » a déclaré McPherson qui s’est rendu au congrès pour s’exprimer sur la question.

« L’adoption de cette résolution unirait les néo-démocrates pour condamner le terrorisme commis par le Hamas et défendre les droits humains des Palestiniens en raison de l’échec de la communauté internationale à faire respecter le droit international ».

La résolution a finalement été adoptée par un vote des délégués au congrès, ce qui signifie qu’elle sera soumise au conseil fédéral pour examen. Ces résolutions ne sont pas contraignantes, ce qui signifie que le chef du NPD, Jagmeet Singh, et son caucus auront le dernier mot sur les propositions politiques qui pourraient faire partie de la plateforme du parti pour les prochaines élections.

JAGMEET SINGH REÇOIT ASSEZ DE SOUTIEN POUR CONTINUER EN TANT QUE LEADER DANS UN MILIEU EN BAISSE DE LA NOTE D’APPROBATION

Singh a survécu à sa révision de leadership, avec 81 pour cent des délégués votant pour le maintenir à son poste.

Il s’agit du vote de confiance le plus bas accordé à un chef du NPD depuis Tom Mulcair, qui a été rejeté par plus de la moitié des délégués au congrès du parti en 2016 à Edmonton.

En 2021, Singh a reçu le soutien de 87 pour cent des délégués et en 2018, il a reçu un soutien de près de 91 pour cent.

Au cours de son discours, Singh a déclaré qu’un gouvernement néo-démocrate reconstruirait le Canada, créerait plus de logements, améliorerait les soins de santé et se concentrerait sur l’abordabilité.

Faisant référence aux libéraux et aux conservateurs, il a déclaré qu’on ne pouvait pas faire confiance à ceux qui ont créé les défis du moment pour les résoudre.

Cependant, certains délégués ont critiqué l’accord de confiance et d’approvisionnement entre le parti et les libéraux.


Avec des fichiers de Kevin Gallagher, correspondant de CTV National News sur la Colline du Parlement, et de La Presse Canadienne