Skip to content

SALFORD, ANGLETERRE – 19 NOVEMBRE: Dans cette image fournie par ITV, le Premier ministre Boris Johnson et le chef du Parti travailliste Jeremy Corbyn se serrent la main lors du débat des dirigeants d'ITV au Media Center le 19 novembre 2019 à Salford, en Angleterre.

Document | Nouvelles Getty Images | Getty Images

Après un soi-disant "tremblement de jeunesse" lors des dernières élections, de nombreux médias suggèrent que les jeunes Britanniques sont devenus encore plus politisés alors que le chaos du Brexit a éclaté à Westminster.

Une enquête menée auprès de plus de 10000 personnes par le chercheur de marché YouGov fin novembre, a révélé que les moins de 30 ans qui n'avaient pas voté aux élections de 2017 et se rendraient aux urnes pour la première fois le 12 décembre, près de la moitié (47% ) soutiendrait le parti travailliste de gauche.

Plus d'un cinquième (22%) ont déclaré qu'ils voteraient pour maintenir le Parti conservateur de droite au pouvoir, tandis que 15% ont déclaré qu'ils prévoyaient de soutenir le parti centriste, les Libéraux démocrates.

Sans surprise, le Brexit a été considéré comme le problème le plus important auquel le Royaume-Uni est actuellement confronté pour les jeunes électeurs, 55% des 18-29 ans le déclarant dans un autre échantillon YouGov de 9 237 adultes britanniques.

Cependant, alors que les partis cherchent à élargir leur portée avec les électeurs plus jeunes, les travaillistes et les libéraux-démocrates cherchant à abaisser l'âge de voter de 18 à 16 ans, CNBC a décidé de jeter un coup d'œil aux politiques autres que le Brexit, pour voir où chaque parti se situe sur la plus gros problèmes financiers affectant les jeunes Britanniques.

Frais universitaires

Le plus gros bouleversement des finances des étudiants proviendrait du parti travailliste de Jeremy Corbyn, qui s'est engagé à supprimer les frais de scolarité, une politique qu'il a proposée lors des élections de 2017. Les frais de premier cycle au Royaume-Uni s'élèvent actuellement à 9 250 £.

Le syndicat a également promis de récupérer les bourses d'entretien, les fonds non remboursables accordés à certains étudiants pour couvrir les frais de subsistance, qui ont été supprimés en 2015.

Le parti libéral-démocrate de Jo Swinson a proposé de rétablir les bourses pour les «étudiants les plus pauvres».

Le Parti conservateur au pouvoir de Boris Johnson propose le changement le moins concret au financement des étudiants, affirmant qu'il envisage d'examiner les recommandations sur les frais de scolarité à partir d'un examen indépendant et d'examiner les taux d'intérêt sur les remboursements de prêts "en vue de réduire le fardeau de la dette des étudiants. "

Location

Plus de 11 millions de personnes louent auprès d'un propriétaire privé, selon le manifeste du parti travailliste, dont beaucoup "à la fin de la crise du logement".

Il a promis d'offrir une plus grande protection aux locataires en plafonnant le loyer à l'inflation, et en donnant aux «villes le pouvoir de plafonner davantage les loyers».

Le parti travailliste prévoit également de donner aux locataires une plus grande sécurité en introduisant des «locations à durée indéterminée pour mettre un terme aux expulsions injustes sans faute», ainsi qu'en mettant en place de nouvelles normes minimales pour les immeubles locatifs et en créant des syndicats de locataires à travers le pays, dans le but de: aider les locataires à «défendre leurs droits».

Le parti prévoit de se débarrasser des «règles discriminatoires» qui obligent les propriétaires à vérifier le statut d'immigration des locataires potentiels ou à exclure ceux qui utilisent les aides au logement.

Le Parti conservateur promet également d'abolir les expulsions "sans faute", en plus d'introduire un dépôt "à vie" qui se déplace avec le locataire.

Pendant ce temps, les libéraux-démocrates espèrent réformer le secteur de la location privée en établissant un programme "Aide à la location", accordant à tous les locataires débutants de moins de 30 ans un prêt de garantie locative soutenu par le gouvernement.

Comme les travaillistes, les libéraux-démocrates veulent promouvoir des locations plus longues de «trois ans ou plus» en liant les augmentations de loyer à l'inflation, dans le but de «limiter les hausses de loyer».

L'accession à la propriété

Depuis 2010, 900 000 jeunes de moins sont propriétaires d'une maison, a affirmé le parti travailliste dans son manifeste, tandis que le Parti conservateur affirme que plus de 3 millions de personnes qui auraient été propriétaires avant la crise financière ont été exclues du marché hypothécaire.

Afin d'aider les premiers acheteurs à s'offrir un acompte, le Parti conservateur prévoyait "d'encourager un nouveau marché des hypothèques à long terme à taux fixe" qui, selon lui, réduirait le coût des acomptes.

Le Parti conservateur a prolongé son programme «Aide à l'achat» de 2021 à 2023, tandis que le Parti travailliste souhaite réformer cette politique d'aide à l'accession à la propriété pour «la concentrer sur les premiers acheteurs à revenu ordinaire».

Labour prévoit de construire davantage de maisons à bas prix réservées aux premiers acheteurs sur des revenus ordinaires dans toutes les régions de la Grande-Bretagne, y compris "de nouvelles maisons à prix réduits avec des prix liés aux revenus locaux".

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *