Actualité santé | News 24

Comment le stress efface votre réserve cognitive

Fatigué, mauvais sommeil, mauvaise santé cérébrale

Les chercheurs ont découvert qu’une réserve cognitive plus élevée améliore la cognition mais est affectée négativement par le stress physiologique. Cette étude met en valeur les applications cliniques potentielles de la gestion du stress dans la prévention de la maladie d’Alzheimer. Crédit : SciTechDaily.com

Des activités et des expériences de vie mentalement stimulantes peuvent améliorer la cognition chez les patients des cliniques de mémoire, mais le stress mine cette relation bénéfique. C’est ce que révèle une nouvelle étude du Karolinska Institutet publiée dans Alzheimer et démence : le journal de l’association Alzheimer.

À la fin des années 1980, des chercheurs ont découvert que certaines personnes qui ne présentaient aucun symptôme apparent de démence au cours de leur vie présentaient des modifications cérébrales compatibles avec un stade avancé de la maladie d’Alzheimer. Depuis lors, il a été postulé que la réserve cognitive pourrait expliquer cet effet protecteur différentiel chez les individus.

Des expériences de vie et des comportements cognitifs stimulants et enrichissants, tels qu’un niveau d’éducation plus élevé, des emplois complexes, des activités physiques et de loisirs continues et des interactions sociales saines, contribuent à développer la réserve cognitive. Cependant, des niveaux de stress élevés ou persistants sont associés à des interactions sociales réduites, à une capacité réduite à participer à des loisirs et à des activités physiques et à un risque accru de démence.

Étude sur la réserve cognitive et le stress

Des chercheurs du Karolinska Institutet ont examiné l’association entre la réserve cognitive, la cognition et les biomarqueurs de la maladie d’Alzheimer chez 113 participants de la clinique de la mémoire de l’hôpital universitaire Karolinska de Huddinge, en Suède. Ils ont également examiné comment cette association est modifiée par le stress physiologique (taux de cortisol dans la salive) et le stress psychologique (perçu).

Il a été constaté qu’une plus grande réserve cognitive améliorait la cognition, mais il est intéressant de noter que le stress physiologique semblait affaiblir cette association.

« Ces résultats pourraient avoir des implications cliniques, car de plus en plus de recherches suggèrent que les exercices de pleine conscience et la méditation peuvent réduire les niveaux de cortisol et améliorer la cognition », explique l’auteur principal de l’étude, Manasa Shanta Yerramalla, chercheur au Département de neurobiologie, sciences des soins et société de Karolinska. Institut. « Différentes stratégies de gestion du stress pourraient constituer un bon complément aux interventions existantes liées au mode de vie dans la prévention de la maladie d’Alzheimer. »

Limites et recherches futures

L’échantillon relativement restreint de participants réduit la possibilité de tirer des conclusions solides, mais les résultats sont généralisables à des groupes de patients similaires. De plus, comme le stress perturbe le sommeil, ce qui à son tour perturbe la cognition, les chercheurs ont contrôlé l’utilisation de somnifères ; ils n’ont cependant pas pris en compte les autres aspects du sommeil susceptibles de nuire à la cognition.

« Nous continuerons d’étudier l’association entre le stress et les troubles du sommeil et la manière dont elle affecte la réserve cognitive des patients de la clinique de mémoire », explique le Dr Yerramalla.

L’étude a été largement financée par la Fondation suédoise contre la maladie d’Alzheimer, le Conseil suédois de la recherche et la région de Stockholm (financement ALF). Aucun conflit d’intérêt n’a été signalé.

Référence : « Réserve cognitive, cortisol et biomarqueurs de la maladie d’Alzheimer : une étude clinique de la mémoire » par Manasa Shanta Yerramalla, Alexander Darin-Mattsson, Chinedu T Udeh-Momoh, Jasper Holleman, Ingemar Kåreholt, Malin Aspö, Göran Hagman, Miia Kivipelto, Alina Solomon, Anna Marseglia et Shireen Sindi, 4 juin 2024, Alzheimer et démence : le journal de l’Association Alzheimer.
DOI : 10.1002/alz.13866.




Source link