Comment le Jeremy Kyle Show est devenu une "marque toxique"

0 45

Jeremy Kyle

Droit d'auteur
Shutterstock

description de l'image

Jeremy Kyle fait partie de la télévision quotidienne depuis 2005

La décision d'ITV de mettre définitivement fin au Jeremy Kyle Show après le décès d'un invité marque la fin d'un géant qui maîtrise le quotidien depuis plus de dix ans.

Lancée en 2005, la promesse de livrer des "confrontations enflammées" entre des membres du public rameurs, qui ont exprimé leurs griefs devant un public en studio, en ont fait un hit et en ont fait un nom bien connu.

L'émission est rapidement devenue le programme ITV le plus populaire de la journée, suivi par environ un million de téléspectateurs chaque jour.

Son succès n'était pas une coïncidence. Il s'agissait d'un mélange calculé de la bienveillance de ses prédécesseurs britanniques (Trisha d'ITV et Kilroy de la BBC) et de la vulgarité aveuglante du spectacle Jerry Springer aux États-Unis, mais avec une netteté accrue.

Médiateur et provocateur

"Jerry Springer était conflictuel, mais son charme avait déclenché des critiques", se souvient le commentateur de télévision Cameron Yarde Jnr. "Il était si drôle, mais il n'a jamais été aussi méprisant."

Dans l'émission de Jeremy Kyle, le présentateur était "aussi conflictuel que le public", dit-il.

Kyle servirait d'intermédiaire pour ses invités, soit gentil et amical, soit criant de manière notoire à elle pour qu'elle déchire sa vie ensemble.

"C’était populaire sous la forme d’une télévision d’accident de voiture, mais c’est resté comme un pouce dans la télévision de jour, alors que les programmes de la région avaient généralement une humeur plus positive", a déclaré Yarde Jnr.

Le spectacle et la personne de l'animateur ont d'abord pris forme à la radio.

Droit d'auteur
Getty Images

description de l'image

Trisha, Kilroy et le spectacle de Jerry Springer ont tous eu un impact sur le spectacle de Jeremy Kyle

Kyle a travaillé pour Marks & Spencer et comme agent d’assurance avant de passer à la radio locale dans les années 1990.

Au tournant du millénaire, il avait bâti une carrière respectable à la radio et avait modéré son émission Confessions dans FM, la capitale londonienne, avant de les présenter à Virgin Radio.

L'émission a été un précurseur de ce qui a inspiré plus tard son émission télévisée et a permis au public de clarifier leurs problèmes et dilemmes relationnels tout en écoutant et en donnant des conseils.

Devant la caméra, des tests ADN et polygraphiques aux effets spectaculaires ont été introduits. Les invités ont discuté de la séparation, de l'accès des enfants, des dépendances et des querelles familiales. Lorsque des affrontements ont éclaté, un videur connu sous le nom de "Security Guard Steve" a mis un terme aux combats.

"Sentiments crus"

Le format était basé sur une réponse émotionnelle à la valeur de divertissement. Et cela a exigé "de l'émotion brute de la part des invités de l'émission", a déclaré Alex Hudson, rédacteur en chef adjoint de Metro.co.uk.

"Le truc, c'est qu'il lui fallait un héros, des personnages imparfaits, un méchant et un devin, donc c'était presque Shakespeare."

Pour les invités, cependant, ces rôles théâtraux étaient leur vraie vie et une fin heureuse n'était jamais garantie.

Droit d'auteur
Getty Images et Steve Dymond / Facebook

description de l'image

La mort de l'invité Steve Dymond a soumis le spectacle de Jeremy Kyle à un test intense

Un ancien producteur du programme, qui veut rester anonyme, a déclaré que les chercheurs avaient une atmosphère de compétition qui les encourageait à "chasser" les invités et "tout ce qu'ils pouvaient" pour confirmer une réservation ou perdre leur emploi. ,

"Les chercheurs arrivaient parfois à 9 heures du matin et n'y allaient jusqu'à 6 heures du matin à moins que leurs récits ne soient publiés", dit-elle.

La pression exercée sur les chercheurs pour qu'ils réservent des invités signifiait qu'il n'était pas rare de "minimiser les problèmes de santé mentale d'une personne dans ses dossiers", ajoute-t-elle.

Le jour du tournage, les invités ont été "entraînés pendant des heures" et encouragés à se venger des répliques de Kyle et à crier après lui et les autres participants.

Une ancienne invitée a confié à la BBC qu'elle estimait que l'équipe de production était "très envahissante et énergique" lorsqu'elle lui a dit quoi dire et l'a traitée comme un "singe du cirque".

Elle a ajouté que le soutien après spectacle, qui inclut les anciens membres du personnel, comprenait une série de séances de thérapie, lui laissant ainsi le sentiment de "rester à long terme".

Elle a ajouté que la "honte et l'embarras" d'être sur le plateau suffisaient à la déplacer dans une autre ville.

Les moments les plus controversés de Kyle

  • Je couche avec ma belle-fille, mais son bébé m'appartient-il? – Une habituée de la série avoue avoir trompé sa partenaire avec ses deux filles et éventuellement engendré sa belle-fille.
  • Notre relation va-t-elle survivre? – Kyle est appelé "Envelopegate" et jette une enveloppe avec les résultats d'un test de paternité. Après l'avoir rapporté et remis à son invité, l'invité le jette ensuite à l'arrière de la tête de Kyle.
  • Est-ce que j'ai couché avec mon frère? – Deux hommes dans une relation homosexuelle sont dévastés lorsqu'un test ADN révèle qu'ils sont frères. Le couple s'est rencontré sur un site de rencontre sur Internet et a parlé pendant deux ans avant de prendre rendez-vous. "Cela me rend malade, ça me rend vraiment terrible", dit l'un d'eux.
  • Comment mon ami a-t-il pu détruire son propre visage? – Kyle dit à un invité avec un tatouage de crâne incroyablement détaillé: "C'est ridicule, c'est la chose la plus drôle que j'ai vue dans cette émission depuis six ans."

En 2007, un juge a résumé le spectacle comme une "forme d’appâtement de l’ours humain".

Le programme était une "poubelle" qui existait pour chatouiller "des gens ennuyés sans rien faire de mieux", a-t-il déclaré. Il a parlé en condamnant un invité qui avait tourné son rival amoureux sur la tête pendant le tournage.

Les responsables de la série sont en partie responsables de l'attaque, a-t-il ajouté.

En 2014, le régulateur des médias Ofcom a confirmé une plainte concernant le traitement réservé à une jeune fille de 17 ans.

Il a décidé que Kyle "avait fait des commentaires qui renforçaient clairement une vision négative de l'adolescent". Ses commentaires le complétaient parfois "au lieu de limiter leur détresse", a déclaré Ofcom.

Diligence raisonnable d'ITV & # 39;

La mort de l'invité Steve Dymond, une semaine après le tournage de la série, a suscité des inquiétudes quant aux conséquences réelles de la campagne de divertissement de la série.

Un auditoire a déclaré: "Il a été mis dans une position où son histoire devrait être divertissante, je suis simplement choqué par tout cela."

Après la première interruption de l’émission, ITV a annoncé qu’elle avait fourni "une diligence raisonnable importante et détaillée aux employés avant, pendant et après la diffusion".

Une équipe de protection sociale a effectué une "évaluation complète" à l'avance et a soutenu les invités pendant et après le tournage, a ajouté ITV.

"Cela se traduit par de nombreux résultats positifs, y compris par des personnes qui ont résolu des problèmes personnels complexes et de longue date", indique le communiqué.

L’éventuelle annulation de l’émission après une condamnation généralisée dans les médias sociaux et dans la presse et une intervention de la première ministre britannique Theresa May, selon Yarde Jnr. Une "touche d'inévitabilité".

"C'était trop toxique pour être une marque pour continuer."

Droit d'auteur
Getty Images

description de l'image

Mike Thalassitis, qui a rejoint Love Island en 2017, est décédé en mars

L'attention a également été attirée sur le soutien des participants aux émissions de télévision de l'industrie.

ITV avait été examiné après la mort des anciens candidats de Love Island, Mike Thalassitis et Sophie Gradon.

Le comité de sélection des médias de la Chambre des communes examinera si les chaînes de télévision fournissent un soutien suffisant aux invités, et l’Ofcom, l’organisme de réglementation du Royaume-Uni, envisage de mettre à jour le code de conduite de Reality and Factual Shows.

Mais la fin de l'émission de Jeremy Kyle ne sera pas la fin du genre, estime Alex Hudson.

"Le public continue de vouloir que les histoires réelles soient référencées ou choquées, le format ne sera pas exactement le même, mais les ingrédients principaux le seront."

Il ajoute: "Espérons que les directeurs de télévision réfléchiront davantage aux implications de leurs programmes pour ceux qui les divertissent."

Suivez nous Facebook, sur Twitter @ BBCNewsEntsou sur Instagram bbcnewsents, Si vous avez un e-mail avec une suggestion d'histoire [email protected]

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More