Comment le commerce de détail utilise l’IA pour prévenir la fraude

Jenifer : Il dit que la gestion de la fraude dans des endroits comme celui-ci a beaucoup changé depuis qu’il a commencé ce travail. Par exemple, ils avaient l’habitude de mettre en place des filtres basés sur quelques questions simples.

David Coût : Était-ce un client que nous n’avions jamais vu auparavant, n’est-ce pas ? Nous avions certains drapeaux que nous recherchions et quelqu’un allait manuellement regarder ces commandes et devait simplement deviner s’il pensait que cette commande était bonne ou non. Nous l’expédions et s’il s’avère que ce n’est pas bon, alors nous, le détaillant, vous savez, prenons cette perte. C’est comme si quelqu’un avait volé ces biens. C’est la même chose que le vol à l’étalage. Vous savez, et cela peut, cela peut avoir un impact réel sur votre entreprise et vous voulez être prudent. Si vous êtes trop prudent, vous refusez de bonnes affaires. Je veux dire, il n’y a rien de pire que de prendre un client qui a un bon mode de paiement valide et de lui dire, non. Pardon. Ça n’a pas l’air tout à fait correct, donc nous n’allons pas l’expédier.

Jenifer : Un endroit où Rainbow s’est heurté à cela… était de faire affaire avec des acheteurs d’autres pays.

David Coût : Ils passent donc la commande depuis l’une des îles des Caraïbes. Donc, leur adresse de facturation est une adresse dans les Caraïbes, ils expédient les marchandises principalement à l’adresse d’un réexpéditeur en Floride ou au Texas, où un tas de commandes sont combinées pour aller sur l’île, n’est-ce pas ? Et puis ils sont emmenés dans ces îles. Ce sont de bons clients, mais pour la fraude traditionnelle, pouvoir voir cette carte de crédit étrangère, cette adresse étrangère, mais une adresse de livraison aux États-Unis déclencherait toutes sortes de sonnettes d’alarme. Ainsi, la sophistication de l’IA maintenant pour pouvoir nous aider à déterminer avec précision ce qui est une bonne commande et ce qui est une mauvaise commande, nous permet d’élever notre niveau de service client… Pour que nous prenions soin des clients en même temps, en minimisant la perte potentielle pour l’entreprise, avec ces commandes que nous exécuterions et expédierions sans être payées.

Jenifer : Rainbow utilise un outil de la société de détection de fraude, Signifyd… et il dit que ces jours-ci, ils refusent moins de 1 % de leurs commandes.

David Coût : Auparavant, lorsque nous devions tout faire manuellement… ils allaient sur Google Maps et recherchaient l’adresse pour voir si l’adresse semblait légitime. Vous savez, maintenant avec la sophistication de la technologie pour savoir qui vous êtes, où d’autre vous avons-nous vu commander, des identifiants numériques sur votre appareil, la distance entre votre adresse de facturation et votre adresse de livraison. Tant de facteurs. Encore une fois, même il y a cinq ou six ans, ce processus était manuel et cela pouvait prendre un jour ou deux, vous savez, maintenant ils sont fabriqués en quelques fractions de seconde.

Will Douglas Heaven : Je veux dire, ça m’est arrivé hier, en fait, tu sais, j’ai reçu un SMS. J’avais amené ma voiture au garage et, vous savez, j’y avais mis une somme plus importante que d’habitude.

Jenifer : C’est Will Douglas Heaven, rédacteur en chef de l’IA chez Tech Review.