Chris Bryant dit que les guerres culturelles le rendent « plus nerveux en tant qu’homme gay maintenant que depuis 30 ans »

Chris Bryant du Labour a déclaré qu’il pensait qu’une « guerre des cultures » menée par le gouvernement britannique l’avait fait « se sentir moins en sécurité » en tant qu’homosexuel pour la première fois en trois décennies.

Le député de Rhondda dans le sud du Pays de Galles a déclaré qu’il ne croyait pas que Boris Johnson soit homophobe, mais a déclaré que la politique de son gouvernement l’avait rendu « plus nerveux ».

S’adressant à Nick Robinson pour le Pensée politique podcast, il a déclaré: « Je me sens maintenant plus nerveux en tant qu’homme gay en Grande-Bretagne que je ne l’ai été depuis 30 ans. J’en ai discuté avec des gens qui travaillent à Downing Street.

« C’est parce qu’ils sont très heureux d’avoir des guerres culturelles. Ils ont appris cette astuce en Amérique de Trump et à la fin, les guerres culturelles s’en prendront toujours à ceux qui sont légèrement différents.

M. Bryant a quitté la prêtrise en 1991 pour poursuivre une carrière politique.

Il a conclu un partenariat civil avec son partenaire en 2010 – la première cérémonie du genre jamais organisée au Parlement – ​​avant que le couple ne se marie plus tard.

Le député travailliste est également président du comité des normes de la Chambre des communes.

Il a ajouté : « Il y a un monde où les gens pensent qu’il est politiquement avantageux de remuer cette marmite et cela me fait vraiment peur.

« Je n’accuse pas le Premier ministre d’être homophobe, mais je me sens moins en sécurité physiquement en tant qu’homosexuel qu’il y a 30 ans.

« C’est une partie très importante de l’expérience des gens de la Grande-Bretagne moderne et je m’inquiète juste pour une partie de la langue. »

Interrogé sur des exemples de politiques problématiques, M. Bryant a mentionné la position du gouvernement sur les questions relatives aux personnes trans et a ajouté que les ministres ne semblaient pas disposés à interdire purement et simplement la «thérapie de conversion».

Un porte-parole n°10 a déclaré : « Le Premier ministre est fier du bilan de ce gouvernement sur les questions LGBT et nous continuons de progresser dans des domaines tels que l’interdiction des thérapies de conversion et l’extension du mariage homosexuel à toutes les régions du Royaume-Uni.

« Il est également absolument clair qu’il n’y a pas de place pour les abus homophobes. »

No10 a également déclaré que le Royaume-Uni « continue d’être reconnu comme l’un des 10 pays les plus progressistes d’Europe pour les droits des LGBT par ILGA-Europe », avec l’un des « cadres législatifs les plus solides au monde pour prévenir et lutter contre la discrimination ».

Le gouvernement a été critiqué dans le passé pour ses positions contre les pratiques et croyances « éveillées », comme la prise de genou comme geste antiraciste lors du tournoi de football Euro 2020.

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.