NATIONS UNIES (AP) – Il y a 31 ans, le premier président des Îles Marshall, Amata Kabua, a comparu devant l’Assemblée générale des Nations Unies pour tirer la sonnette d’alarme sur le réchauffement climatique. Aujourd’hui, son fils – l’actuel président David Kabua – tire toujours la sonnette d’alarme, qui n’a fait que s’aggraver.

S’adressant aux dirigeants mondiaux réunis lors de la réunion des dirigeants de haut niveau mardi, le jeune Kabua a décrit le combat de longue date pour maintenir sa nation insulaire basse hors de l’eau.

“Aujourd’hui, nous renouvelons notre appel au monde pour déclarer une guerre totale au plus grand défi de ce siècle – le monstre du changement climatique”, a-t-il déclaré.

Kabua a déploré le fait qu’après tant d’années, “le monde n’a pas réussi à briser notre dépendance aux combustibles fossiles”.

“Nous n’investissons pas suffisamment dans l’adaptation vitale, en particulier pour les petits États insulaires”, a-t-il déclaré.

Il a exhorté les dirigeants mondiaux à augmenter considérablement les énergies renouvelables tout en s’attaquant aux secteurs qui dépendent des combustibles fossiles, notamment l’aviation et le transport maritime. Il a souligné la proposition de taxe sur le carbone des Îles Marshall pour le transport maritime international qui, selon lui, “conduira la transition vers un transport maritime à zéro émission, en canalisant les ressources des pollueurs vers les plus vulnérables”.

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a également encouragé la poursuite des plus grands pollueurs du monde. Lors de son allocution d’ouverture à l’assemblée mardi, il a poussé les pays les plus riches à taxer les bénéfices des sociétés énergétiques et à rediriger les fonds à la fois vers les “pays subissant des pertes et des dommages causés par la crise climatique” et vers ceux qui luttent contre la hausse du coût de la vie.

Kabua, ainsi que les dirigeants de Tuvalu et de Kiribati, prévoient de lancer mercredi l’Initiative des nations montantes pour faire pression pour des efforts innovants parmi les pays insulaires de l’atoll du Pacifique pour lutter contre le changement climatique.

Mardi également, Kabua a décrit ses inquiétudes croissantes concernant les essais et les explosions d’armes nucléaires, qualifiant les Îles Marshall de “point zéro pour les essais des 67 armes nucléaires et thermonucléaires pendant 12 ans pendant l’ère de tutelle administrée par l’ONU et les États-Unis”.

“L’exposition de notre peuple et de notre terre a créé des impacts qui ont duré – et dureront – pendant des générations”, a déclaré Kabua. “Ces impacts sur nos droits humains, notre terre, notre culture, notre santé et nos vies sont des fardeaux qu’aucune autre nation ou pays ne devrait jamais avoir à supporter.”

___

Pia Sarkar, journaliste de l’Associated Press basée à Philadelphie, est en mission pour couvrir l’Assemblée générale des Nations Unies. Suivez-la sur Twitter à http://twitter.com/PiaSarkar_TK et pour plus de couverture AP de l’Assemblée générale des Nations Unies, visitez https://apnews.com/hub/united-nations-general-assembly

Pia Sarkar, l’Associated Press