Channel 5 paiera une victime de TOC qui est rentrée chez elle pour trouver une équipe de télévision dans son appartement

CHANNEL 5 s’est excusé et a proposé de payer des « dommages-intérêts substantiels » à une victime de TOC après avoir trouvé une équipe de télévision chez elle.

Natasha Lowe a lancé une action en justice plus tôt cette année après avoir découvert que des inconnus fouillaient ses biens et piétinaient son tapis pendant le tournage de Can’t Pay? Nous l’emporterons !

Natasha Lowe a poursuivi Channel 5 plus tôt cette année après avoir trouvé des huissiers de justice et une équipe de télévision chez elleCrédit : Champion News
La victime de TOC a maintenant réglé l'affaire à l'amiable malgré les producteurs niant tout acte répréhensible

La victime de TOC a maintenant réglé l’affaire à l’amiable malgré les producteurs niant tout acte répréhensibleCrédit : Champion News

Mme Lowe a déclaré qu’elle « avait subi un resserrement de la poitrine et avait des difficultés à respirer » à la suite de l’épreuve.

Elle a même été forcée de prendre un inhalateur pour l’asthme après avoir découvert les deux huissiers de justice et l’équipe de tournage de trois hommes qui tournaient l’épisode dans son appartement.

Elle a déclaré que les huissiers impliqués dans le programme – qui suit les agents de recouvrement – ​​lui ont dit qu’ils allaient emporter pour 6 000 £ de marchandises.

Mme Lowe, qui utilisait des béquilles en raison de problèmes médicaux à l’époque, dit que son TOC « a exacerbé le bouleversement » de rencontrer cinq personnes au hasard dans sa maison « touchant ses biens et marchant sur son tapis ».

Elle a ajouté que sa détresse avait été diffusée à « plusieurs millions » de téléspectateurs et aurait demandé jusqu’à 100 000 £ de compensation.

Mais une audience à la Haute Cour de Londres jeudi a été informée que le différend juridique était désormais résolu par le biais d’un règlement.

William Bennett QC, représentant Mme Lowe, a déclaré au tribunal que Channel 5 avait proposé de payer ses frais de justice bien qu’elle ait précédemment nié tout acte répréhensible.

L’audience a été informée qu’au moment du tournage en février 2016, Mme Lowe vivait avec son partenaire d’alors, qui aurait contracté une dette envers son ex-petite amie.

La femme en question a demandé à l’équipe de recouvrer la dette dans l’appartement de Mme Lowe à Woolwich, dans le sud-est de Londres, et l’équipe a été invitée pendant qu’elle se rendait au travail.

Elle est rentrée chez elle « dans un état de panique » après que son ancien partenaire a téléphoné pour dire que les agents étaient « sur le point de saisir ses biens à moins qu’elle ne puisse fournir des reçus prouvant qu’elle les possédait ».

« À son retour, elle a clairement fait savoir à l’équipe de tournage qu’elle ne voulait pas être filmée et l’équipe a donc accepté de quitter la propriété », a déclaré M. Bennett.

Mme Lowe pensait qu’elle était sur le point de perdre ses biens car elle n’avait pas conservé de reçus, l’incident étant venu comme un « choc total » pour elle.

« La diffusion de l’émission a causé un bouleversement et une détresse considérables au demandeur », a ajouté M. Bennett.

« Cela a été particulièrement bouleversant pour elle car elle ne devait pas la dette correspondante. »

Des agents de recouvrement sont venus chez son partenaire à Woolwich pour emporter 6 000 £ de marchandises

Des agents de recouvrement sont venus chez son partenaire à Woolwich pour emporter 6 000 £ de marchandisesCrédit : Champion News
Son avocat a déclaré que le programme lui avait causé «un bouleversement et une détresse substantiels».

Son avocat a déclaré que le programme lui avait causé «un bouleversement et une détresse substantiels».Crédit : Champion News

Channel 5 s’est depuis engagé à ne plus diffuser le programme, ni à le rendre disponible sur Internet, s’excusant publiquement auprès de Mme Lowe « pour la détresse que lui a causé le programme ».

Dans un communiqué, Robbie Stern, un représentant de Channel 5 et de Brinkworth Films, a déclaré : « Ils (Channel 5) ont toujours cru que ce programme faisait partie d’une série d’intérêt public réel, où chacune des histoires implique un exercice d’équilibre entre les questions d’intérêt public et le droit au respect de la vie privée ».

Il a ajouté: « Ils sont prêts à accepter, cependant, qu’à cette occasion, en ce qui concerne le demandeur, ils peuvent très bien se tromper d’équilibre.“

« Et pour cette raison, ils sont prêts à régler sa demande et à lui présenter des excuses pour la détresse que lui a causée la diffusion de l’épisode en question. »

Vous ne pouvez pas payer ? Nous l’emporterons ! l’huissier Matthew Heights recouvre des dettes lors d’une émission à succès sur Channel 5

Nous payons pour vos histoires !

Avez-vous une histoire pour le bureau des nouvelles du Sun ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *