Dernières Nouvelles | News 24

« C’est une honte » : les Israéliens se rassemblent pour la cinquième semaine contre les plans judiciaires de Netanyahu

  • Les Israéliens protestent contre les modifications judiciaires proposées par le gouvernement.
  • Les critiques disent que les changements renforceront le contrôle politique sur les nominations judiciaires.
  • Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a rejeté les protestations.

Des dizaines de milliers d’Israéliens se sont rassemblés pour une cinquième semaine de protestations contre les changements judiciaires controversés proposés par le gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Les manifestants dans la ville centrale de Tel-Aviv ont bravé de fortes pluies pour la manifestation de samedi, portant des drapeaux israéliens bleus et blancs et scandant des slogans contre le ministre de la Justice de Netanyahu.

« Je suis ici ce soir pour protester contre la transition d’Israël d’une démocratie à une autocratie », a déclaré Dov Levenglick, un ingénieur logiciel de 48 ans, à l’agence de presse Reuters à Tel-Aviv.

« C’est une honte, ça ne tiendra pas. »

Les changements proposés, qui, selon le gouvernement, sont nécessaires pour limiter la portée excessive des juges, ont suscité une opposition farouche de la part de groupes comprenant des avocats et suscité des inquiétudes parmi les chefs d’entreprise, creusant des divisions politiques déjà profondes dans la société israélienne.

LIRE | « Vengeance contre les familles » : Israël punit la famille de l’agresseur alors que la violence fait rage

Les critiques disent que la démocratie israélienne serait minée si le gouvernement réussissait à faire passer les plans, ce qui renforcerait le contrôle politique sur les nominations judiciaires et limiterait les pouvoirs de la Cour suprême d’annuler les décisions du gouvernement ou les lois de la Knesset.

Hadar Segal, 35 ans, a déclaré à Reuters à Tel-Aviv :

Ils veulent déchirer le système judiciaire d’Israël, ils veulent déchirer la démocratie israélienne, et nous sommes ici chaque semaine par tous les temps… pour lutter contre cela et pour lutter pour la démocratie israélienne.

Les médias locaux ont fait état de manifestations dans une vingtaine de villes du pays.

Parmi la foule à Haïfa se trouvait l’ancien Premier ministre israélien Yair Lapid, qui a déclaré dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux : « Nous sauverons notre pays parce que nous ne voulons pas vivre dans un pays non démocratique ».

Netanyahu, jugé pour corruption, a rejeté les manifestations comme un refus des opposants de gauche d’accepter les résultats des élections de novembre dernier, qui ont produit l’un des gouvernements les plus à droite de l’histoire d’Israël.

Le mois dernier, il a été contraint de destituer un ministre de premier plan, Aryeh Deri, qui dirige le parti ultra-orthodoxe Shas, en raison d’une récente condamnation pour évasion fiscale.

Des milliers de personnes ont manifesté dans le centre de Tel-Aviv pour la cinquième semaine consécutive contre les réformes juridiques controversées vantées par le gouvernement d’extrême droite du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.

Outre les changements judiciaires, son gouvernement a annoncé son intention d’étendre les colonies illégales en Cisjordanie occupée, ainsi que les réformes sociales qui ont inquiété la communauté LGBTQ.

Dania Shwartz, 44 ans, de la ville de Ramat Gan, a déclaré à l’agence de presse AFP que les manifestants « reprenaient » le drapeau israélien.

Elle s’est dite préoccupée par le fait qu’en tant que membre de la communauté LGBTQ, « ce nouveau gouvernement essaiera d’adopter des lois qui affecteront mes enfants ».

« Par exemple, le parti Noam veut délégitimer des familles comme la nôtre et c’est très effrayant », a-t-elle déclaré, faisant référence à l’un des partenaires de la coalition de Netanyahu connu pour sa position violemment anti-gay.