« Cela ne fonctionnerait pas »: un député de Calais suggère que les patrouilles britanniques à la frontière française ne constituent pas une solution aux passages de migrants

Le député de Calais a suggéré qu’une offre britannique de fournir des forces policières et frontalières pour des patrouilles conjointes le long des côtes de la Manche « ne fonctionnerait pas », car il soulevait des problèmes de souveraineté.

L’intervention de Pierre-Henri Dumont intervient après qu’au moins 27 personnes aient perdu la vie en tentant de traverser le canal anglais, la pire tragédie migratoire de l’histoire récente de la région.

Après une réunion d’urgence du comité gouvernemental Cobra, Boris Johnson a déclaré mercredi soir que la France avait précédemment rejeté l’offre d’aide pratique du Royaume-Uni.

Le ministre de la Conformité à l’immigration, Tom Pursglove, a confirmé que le Premier ministre avait renouvelé une offre précédente d’envoyer des policiers britanniques et des agents des forces frontalières pour monter des patrouilles conjointes avec les Français.

« Dans le passé, nous avons proposé d’héberger et d’aider à des patrouilles conjointes. Je pense que cela pourrait être inestimable pour aider à résoudre ce problème. J’espère vraiment que les Français reconsidéreront cette offre », a-t-il déclaré. BBC Newsnight.

Mais demandé ce qui pourrait être fait concrètement, M. Dumont, le député de Calais, a déclaré BBC Radio 4 aujourd’hui programme : « Je ne suis pas sûr qu’avoir plus de policiers ou plus de matériel sur la côte française permettra d’arrêter ces traversées.

« Nous avons 200 ou 300 km de côtes à surveiller 24h/24 et 7j/7 et cela ne prend que cinq ou 10 minutes pour prendre un bateau et le mettre en mer rempli de migrants, donc je ne suis pas sûr que ce soit seulement une question d’argent et de question sur le nombre d’hommes.

Interrogé sur la proposition britannique de patrouiller sur les plages françaises, il poursuit : « « Non, ça ne marcherait pas.

« Pour surveiller tout le rivage, il faudrait des milliers de personnes. Il y a aussi une question de souveraineté – je ne suis pas sûr que le peuple britannique l’accepterait dans l’autre sens, avec l’armée française patrouillant le rivage britannique.

Le député de Calais a également exhorté la France à faire plus pour les migrants avec des centres d’accueil pour qu’ils soient traités « pour qu’ils se reposent, pour qu’ils aient de la nourriture, pour qu’ils aient un toit ».

Kevin Foster, un ministre britannique de l’Immigration, a également déclaré au BBC que Priti Patel, la ministre de l’Intérieur, s’adressera à son homologue français plus tard ce matin après la tragédie de la Manche.

« De toute évidence, notre cœur se serre pour ceux qui ont perdu la vie hier et pour leurs proches », a-t-il déclaré.

« Comme vous le savez, au moins 27 personnes sont décédées mais c’est une situation dynamique, les autorités françaises enquêtent et évidemment nous tenons à les laisser continuer leur travail et nous avons évidemment offert tout le soutien que nous pouvons apporter. »

M. Foster a ajouté : « La Manche sont des eaux dangereuses et les gens partent dans des bateaux fragiles sans équipement de sauvetage approprié, organisés et facilités par des criminels impitoyables, malheureusement les dangers sont très évidents.

« Malheureusement, la tragédie d’hier le souligne et le plus triste est que ceux qui ont organisé ce bateau hier auraient simplement considéré ces personnes, au moins 27 personnes décédées, comme une simple opportunité lucrative. C’est pourquoi nous sommes si déterminés à briser ce modèle commercial vraiment malfaisant. »

Le Joint Council of Welfare for Immigrants a cependant qualifié la tragédie de « complètement prévisible » en déclarant : « En effet, elle était prévue et elle était complètement évitable ».

Zoe Gardner de l’association caritative a ajouté: «Ce doit être le moment pour notre gouvernement de marquer un tournant, cette tragédie ne doit pas se poursuivre et cela signifie changer notre approche, et non plus les mêmes politiques qui ont échoué.

« Nous devons offrir aux gens des alternatives aux bateaux de contrebande. Les Français patrouillent insuffisamment sur leurs propres frontières, c’est absolument horrible, ces images de la police française debout pendant que des enfants montent à bord d’un de ces navires dangereux me choquent.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *