Carol Easton, biographe des figures artistiques, décède à 87 ans

Carol Easton, dont la curiosité pour la créativité l’a inspirée à écrire les biographies de quatre personnalités éminentes des arts – Stan Kenton, Samuel Goldwyn, Jacqueline du Pré et Agnes de Mille – est décédée le 17 juin à son domicile de Venice, en Californie. Elle avait 87 ans.


Sa mort a été confirmée samedi par sa fille, Liz Kinnon.

« Elle a toujours été fascinée par les gens, en particulier les personnes créatives dans le domaine des arts », a déclaré Mme Kinnon. « Après avoir travaillé comme rédactrice indépendante pendant des années, elle a décidé qu’elle voulait écrire sa première biographie. »

Son premier sujet était le compositeur de jazz et chef d’orchestre Stan Kenton, dont la popularité a duré quatre décennies. Son « Straight Ahead: The Story of Stan Kenton » a été publié en 1973.

Elle a suivi cela avec « The Search for Sam Goldwyn » (1976), un profil du producteur pionnier d’Hollywood; « Jacqueline du Pré : une biographie » (1989), sur l’enfant prodige violoncelliste qui a développé une paralysie cérébrale mettant fin à sa carrière à la fin de la vingtaine ; et « No Intermissions: The Life of Agnes de Mille » (1996), qui plonge dans la vie de la chorégraphe qui a doté la danse d’une énergie typiquement américaine.

« No Intermissions » a été nommé livre remarquable de l’année par le New York Times en 1996. Il a été décrit par Jennifer Dunning, critique de danse du Times, dans une revue comme un regard « recherché de manière approfondie » sur les mondes du ballet et de Broadway (y compris Mme la chorégraphie révolutionnaire de .de Mille pour « Oklahoma »); son plaidoyer passionné pour le National Endowment for the Arts ; et son franc-parler. (Quand elle a reçu la National Medal of Arts en 1986, a écrit Mme Easton, elle a dit au président Ronald Reagan : « Vous êtes un bien meilleur acteur maintenant que vous ne l’étiez dans les films. »)

« No Intermissions », a conclu la critique, « est une lecture absorbante, agréable et stimulante, et c’est tout un accomplissement pour un livre sur une icône si piquante et autodidacte. »

Dans le New York Times Book Review, Joan Acocella a déclaré à propos du livre de Mme Easton : « Pour ceux qui se demandent encore, comme moi, comment la danse est faite, elle décrit en détail la méthode chorégraphique de Mille : comment elle a imaginé une danse, ce qui est arrivé dans son esprit d’abord, combien de notes et quel genre elle a faites avant d’entrer dans le studio.

La biographie de Mme Easton sur Jacqueline du Pré a été décrite dans le Times Book Review par Peggy Constantine comme « débordante de citations merveilleuses » (y compris celle-ci, du violoniste Hugh Maguire : « Elle était comme du champagne, fraîchement débouchée, tout le temps »). .

Dans une lettre au Times en 1999, Mme Easton a également comparé son récit de la vie de Mme du Pré avec le film « Hilary et Jackie » (1998), adapté d’un livre de la sœur de Jacqueline, la flûtiste Hilary du Pré, qui racontait une liaison entre Jacqueline et le mari d’Hilary.

« En tant qu’amie de Jacqueline du Pré et, à sa demande, sa biographe, je sais qu’elle n’était ni la sainte que les médias britanniques prétendaient être ni le monstre sacré égocentrique du livre égoïste de sa sœur », a-t-elle déclaré. Easton a écrit. « Au contraire, elle était douloureusement humaine. »

Image

Carol Evelyn Herzenberg est née le 27 septembre 1933 à San Francisco de Jean Miller, entrepreneur et journaliste, et Herbert Herzenberg, homme d’affaires. Leur mariage s’est terminé par un divorce. Carol a été légalement adoptée par le deuxième mari de sa mère, Jack Easton, un agent d’Hollywood, et a pris son nom de famille.

Elle a grandi à Hollywood, où, selon son fils Kelly, elle avait l’habitude de se faufiler sur le terrain des studios Samuel Goldwyn lorsqu’elle était enfant et a réussi à être choisie comme figurant dans le film anti-guerre de 1943 « The North Star ».

Elle a étudié les arts du théâtre à l’Université de Californie à Los Angeles. En 1956, elle épouse Jerry Kinnon. Ils divorcent en 1968.

Outre leur fille et leur fils Kelly, laisse dans le deuil un autre fils, Andy; cinq petits-enfants; et un frère, Jack Easton.

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

Comments