Skip to content
Cannes ouvre ses portes aux sans-abri après que le coronavirus retarde le festival du film

Un gardien de sécurité se tient à côté des lits installés à l'intérieur du Palais des Festivals alors que le maire de Cannes, David Lisnard, a décidé d'ouvrir une partie du palais pour accueillir les nécessiteux et les sans-abri alors qu'un verrouillage est imposé pour ralentir le taux de coronavirus (COVID-19) en France, 24 mars 2020. REUTERS / Eric Gaillard

PARIS (Reuters) – Le Palais des Festivals devrait se préparer à accueillir les plus grands noms du cinéma sur son tapis rouge. Au lieu de cela, le lieu du Festival de Cannes ouvre ses portes aux sans-abri de la ville qui n'ont nulle part où aller pendant la fermeture du coronavirus.

Le festival annuel du film dans la station balnéaire bordée de palmiers devait avoir lieu du 12 au 23 mai, mais la semaine dernière, les organisateurs ont reporté l'événement à la fin juin. Vendredi, la salle des fêtes a ouvert ses portes aux démunis.

«Nous avons entre 50 et 70 personnes ici tous les soirs», a expliqué Dominique Aude-Lasset, responsable à la mairie de Cannes.

Il y a huit jours, le président Emmanuel Macron a dit aux 67 millions de Français de rester chez eux pour se protéger de la pandémie et ralentir sa propagation. C’est un gros problème pour les quelque 12 000 sans-abri du pays qui vivent dans la rue.

On craint que le coronavirus n'ait un impact démesuré sur les sans-abri qui vivent souvent sans accès à des installations sanitaires adéquates et souffrent parfois de maladies sous-jacentes. Beaucoup comptent sur les documents d'un public désormais confiné à l'intérieur.

A l'entrée, un travailleur en masque facial prend la température de chaque sans-abri à chaque entrée sur le site. A l'intérieur, il y a un coin repas, une douche et un espace commun avec télévision et jeux. Dans une salle caverneuse à plafond bas, les lits de camp sont disposés en trois longues files.

Il y a aussi quatre chenils pour loger le meilleur ami de l'homme.

"Nous savons que les chiens sont précieux pour les personnes vivant dans la rue", a déclaré Aude-Lasset.

Reportage par Eric Gaillard; Montage par Richard Lough et Alexandra Hudson

Nos normes:Les principes du Thomson Reuters Trust.