Calgary n’avait pas d’ambulances disponibles en moyenne 420 fois par mois pour commencer 2022

Les données des services de santé de l’Alberta indiquent que les performances et les temps de réponse des ambulances de Calgary continuent de diminuer, les alertes rouges ayant plus que doublé au cours des six premiers mois de cette année par rapport à la même période en 2021.

Les alertes rouges font référence aux cas où aucune ambulance n’était disponible dans le système pour répondre aux appels d’urgence.

Les données ont été obtenues par l’opposition NPD dans le cadre d’une demande d’accès à l’information et partagées avec CBC News.


Au cours des six premiers mois de 2022, 2 522 alertes rouges ont été enregistrées, soit une moyenne de 420 chaque mois. Le mois le plus élevé enregistré a été en avril, lorsque 618 incidents ont été enregistrés. Il y a eu 1 233 alertes rouges enregistrées au premier semestre 2021 et 2 358 enregistrées au cours de l’année entière, ce qui signifie que les chiffres de cette année ont déjà dépassé cette marque.

La moyenne de 420 fait plus que doubler ce qui a été enregistré au cours des six premiers mois de 2021, lorsqu’une moyenne de 205 alertes rouges par mois ont été enregistrées. La moyenne pour les six premiers mois de 2020 était de 145 par mois, avec un total de 3 324 enregistrés cette année-là.

Mike Parker, président de l’Association des sciences de la santé de l’Alberta, a déclaré que les données corroboraient ce que le syndicat affirmait depuis des mois, à savoir que le système de santé de la province était “décimé”.

“Maintes et maintes fois, AHS dira qu’il y a toujours une ambulance disponible. Et les données ne corroborent pas cette conversation”, a déclaré Parker.

“Cela confirme ce que nous disons depuis le début. Nous n’avons pas assez de monde, nous n’avons pas assez d’ambulanciers paramédicaux dans les rues pour répondre aux besoins des Albertains.”

Le président de la HSAA, Mike Parker, a déclaré qu’il y a deux semaines, la province avait 25% de sa flotte provinciale en panne à cause du personnel, ce qui signifie que près de 100 ambulances n’étaient pas dotées de personnel. (site Web de l’HSAA)

AHS a déclaré que des volumes supérieurs à la normale de patients gravement malades, les impacts continus de la pandémie de COVID-19 et l’augmentation des absences du personnel liées aux maladies ont contribué à la “pression importante” sur le système.

Mais d’autres sonnent l’alarme au sujet des alertes rouges continues depuis des années. Fin 2020, les critiques ont déclaré que le système « vacillait sur le fil du rasoir ».

“Nous ne pouvons pas continuer à blâmer les pénuries de personnel dues au COVID ou à ce genre de facteurs”, a déclaré Lorian Hardcastle, qui enseigne le droit et la politique de la santé à l’Université de Calgary.

“C’est un problème persistant. Et le gouvernement doit faire quelque chose tôt ou tard. Nous ne voulons pas en arriver à un point où nous avons plusieurs incidents catastrophiques où des gens meurent en attendant une ambulance.”

Début juillet, AHS a annoncé que neuf nouvelles ambulances étaient maintenant dans les rues de Calgary et d’Edmonton. Le but était de relâcher un peu la pression.

Mais Parker a qualifié cette nouvelle de “non-annonce”, ajoutant que le problème était la disponibilité des ambulanciers paramédicaux pour terminer le travail, et non les véhicules qu’ils utilisent pour s’y rendre.

Dans un communiqué, le NPD a appelé à un engagement à retirer les ambulanciers paramédicaux à temps, à un plan pour donner à tous les ambulanciers paramédicaux un contrat permanent à temps plein et à une « expansion urgente » des services de réduction des méfaits pour faire face à la crise des opioïdes.

CBC News a contacté Alberta Health et AHS pour obtenir des commentaires, mais n’a pas reçu de réponse par publication.