Dernières Nouvelles | News 24

Buenos Aires secouée par des affrontements autour des réformes du président Milei

Par Jaroslav Loukiv, Georges Wright, nouvelles de la BBC

Réformes en Argentine : affrontements entre policiers et manifestants à Buenos Aires

La police anti-émeute de Buenos Aires, la capitale argentine, a tiré des gaz lacrymogènes et des canons à eau pour disperser les manifestants devant le Congrès, avant que les législateurs n’approuvent mercredi des réformes budgétaires au Sénat argentin.

Les manifestants, qui affirment que ces mesures nuiront à des millions d’Argentins, ont lancé des cocktails Molotov et des pierres, incendiant une voiture.

Un certain nombre de personnes auraient été blessées, les médias locaux qualifiant la scène mercredi de « champ de bataille ».

Le programme de réformes, proposé par le président de droite Javier Milei pour relancer l’économie en déclin du pays, comprend la déclaration de l’état d’urgence économique, la réduction des retraites et l’affaiblissement des droits du travail.

Les partis politiques de gauche, les syndicats et les organisations sociales s’opposent à ces mesures.

Mais la motion, qui était initialement à égalité 36-36 au Sénat, a été provisoirement adoptée mercredi après que la présidente de la chambre, la vice-présidente Victoria Villarruel, ait brisé l’égalité.

« Pour les Argentins qui souffrent, qui attendent, qui ne veulent pas voir leurs enfants quitter le pays… mon vote est affirmatif », a déclaré la vice-présidente et leader du Sénat, Mme Villaruel, après avoir départagé l’égalité.

Le projet de loi de 328 articles sera désormais examiné point par point avant son approbation complète prévue jeudi.

Il reviendra ensuite à la chambre basse pour le feu vert final.

Reuters Une personne portant un masque et un sweat à capuche se tient le poing fermé en l'air devant un incendie lors de manifestations devenues violentes à Buenos Aires, en Argentine.Reuters

La police a utilisé du gaz thé et des canons à eau sur les manifestants, qui ont à leur tour lancé des cocktails Molotov et des pierres.

Reuters La police pulvérise des manifestants lors d'une manifestation près du Congrès nationalReuters

Avant l’adoption du projet de loi, des échauffourées ont éclaté lorsque des manifestants tentaient de se diriger vers le Congrès.

Reuters Une voiture brûle lors d'une manifestation près du Congrès nationalReuters

Deux véhicules auraient été incendiés, dont celui d’un organe de presse.

Avant l’adoption du projet de loi au Sénat, les manifestants scandaient : « Le pays n’est pas à vendre, le pays est défendu », tandis qu’une banderole disait : « Comment un chef d’État peut-il haïr l’État ?

Des échauffourées ont éclaté plus tôt dans la journée lorsque des manifestants ont tenté de se frayer un chemin vers le Congrès à travers les clôtures, les manifestants lançant des pierres sur les policiers qui les ont aspergés de poivre.

Les observateurs et les députés de l’opposition ont déclaré que des dizaines Des manifestants et une poignée de députés ont reçu des soins médicaux. Au moins cinq députés d’opposition présents dans la foule ont été hospitalisés, a déclaré la députée Cécilia Moreau à l’agence de presse AFP.

Au moins 20 policiers ont également été blessés, ont indiqué des responsables. Les forces de sécurité ont déclaré avoir arrêté 15 personnes.

La police a ensuite repoussé les manifestants, qui auraient incendié deux véhicules, dont celui d’un média.

« Nous ne pouvons pas croire qu’en Argentine nous discutons d’une loi qui nous ramènera 100 ans en arrière », a déclaré Fabio Nunez, un avocat manifestant de 55 ans, cité par l’AFP.

Le bureau du président Milei a publié une déclaration remerciant les forces de sécurité d’avoir réprimé ce qu’il a qualifié de « terroristes » tentant de perpétrer un coup d’État.

« Nous allons changer l’Argentine, nous allons en faire le pays le plus libéral du monde », a déclaré M. Milei lors d’une conférence à Buenos Aires.

EPA Un homme reçoit de l'aide lors d'affrontements avec la policeEPA

Des dizaines de manifestants et une poignée de députés auraient reçu des soins médicaux.

Le projet de loi, qui suscite beaucoup de divisions, a été approuvé par la chambre basse en avril, après que des amendements importants y aient été apportés.

M. Milei est arrivé au pouvoir en 2023 après avoir promis de réduire les dépenses publiques à la tronçonneuse.

En campagne électorale, il a même brandi une tronçonneuse tout en prononçant un discours pour symboliser sa détermination à le faire.

Depuis, il a réduit de moitié le gouvernement, supprimé 50 000 emplois publics, suspendu de nouveaux contrats de travaux publics et supprimé les subventions aux carburants et aux transports, alors même que l’inflation annuelle approchait les 300 %.


Source link