Budapest s’apprête à organiser un référendum sur la loi LGBTQ+ début 2022 après une « attaque » de Bruxelles

Gergely Gulyas a déclaré jeudi lors d’un point de presse que le référendum sur la loi sur la protection de l’enfance aurait lieu au plus tôt à la fin de cette année, ou en janvier-février 2022 au plus tard.

Cela fait suite à l’annonce d’Orban mercredi que le pays organiserait un référendum en cinq points. Les questions portent sur un éventail de sujets, des leçons sur l’orientation sexuelle dans les écoles à la conversion sexuelle. Gulyas a réitéré jeudi l’importance du référendum pour évaluer l’opinion publique.

La loi, adoptée fin juin, a interdit la diffusion de contenus LGBTQ+, tels que les relations non traditionnelles et les rôles de genre ou le changement de genre, dans les écoles ou dans les médias pour enfants. La Hongrie soutient que la loi est nécessaire pour protéger les enfants et que Bruxelles est « attaquer » le pays sur l’initiative.

L’UE a menacé de retenir 7,2 milliards d’euros de fonds demandés par la Hongrie pour son plan national de relance contre les coronavirus si Orban ne modifie pas la loi. Jeudi, Gulyas a relayé que le gouvernement hongrois négocie toujours avec la Commission européenne (CE) sur l’accès au fonds et qu’il espère qu’un accord pourra être trouvé entre Bruxelles et Budapest.

La CE a annoncé le 15 juillet qu’elle entamait une action en justice contre la Hongrie pour violation des libertés LGBTQ+, que l’organisme considère comme une attaque contre des droits humains plus larges. La présidente du bloc, Ursula von der Leyen, s’est prononcée contre la loi à de nombreuses reprises et a promis que « L’Europe ne permettra jamais que des pans de notre société soient stigmatisés. »

Vous aimez cette histoire ? Partagez le avec un ami!

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

Comments