Skip to content

LONDRES (Reuters) – Les Britanniques BT et Vodafone envisagent d'exhorter le Premier ministre Boris Johnson à ne pas risquer le déploiement des réseaux mobiles de prochaine génération en interdisant le Huawei chinois (HWT.UL), ont indiqué des sources, confirmant vendredi un rapport de Sky News.

BT, Vodafone pourrait demander le soutien de PM Johnson à Huawei: sources

PHOTO DE FICHIER: Un participant porte une bande de badges avec le logo de Huawei et une pancarte pour la 5G à l'Exposition mondiale de la 5G à Pékin, en Chine, le 22 novembre 2019. REUTERS / Jason Lee / File Photo

La Grande-Bretagne devrait prendre une décision finale sur le rôle de Huawei dans la construction de nouveaux réseaux 5G ce mois-ci.

Les responsables du gouvernement américain ont fait pression pour une interdiction totale de Huawei pour des raisons de sécurité, et des rapports ont déclaré avoir présenté lundi de nouvelles preuves des risques d'utiliser l'équipement de la société chinoise, le qualifiant de «folie».

BT et Vodafone, les deux plus grandes sociétés de télécommunications britanniques, envisagent d'écrire à Johnson pour dire qu'elles n'ont vu aucune preuve qui justifierait une interdiction totale et pour l'exhorter à prendre une décision factuelle, ont indiqué les sources.

Vodafone, qui utilise l'équipement de Huawei dans son réseau radio, a précédemment déclaré qu'une interdiction générale de la société chinoise lui coûterait des millions de livres et ralentirait considérablement le déploiement des réseaux 5G.

Il a suspendu le déploiement des équipements de la société dans ses réseaux centraux chargés de données, il y a un an, jusqu'à ce que les gouvernements occidentaux accordent à la société une autorisation de sécurité complète.

BT utilise également l'équipement de Huawei dans les réseaux, mais il n'est pas déployé dans le cœur intelligent de son réseau fixe et il le supprime du cœur de son réseau mobile. En outre, il a exclu Huawei du processus d'appel d'offres pour son futur réseau 5G.

Le vice-président de Huawei, Victor Zhang, a déclaré mardi qu'il était convaincu que le gouvernement britannique prendrait une décision basée sur des preuves, "par opposition à des allégations non fondées".

«Deux commissions parlementaires britanniques ont conclu qu'il n'y avait aucune raison technique de nous interdire de fournir du matériel 5G et cette semaine, le chef du (service de sécurité) MI5 a déclaré qu'il n'y avait« aucune raison de penser »que la relation d'échange de renseignements entre le Royaume-Uni et les États-Unis serait compromise. si la Grande-Bretagne continuait à utiliser la technologie Huawei », a-t-il déclaré.

BT et Vodafone ont refusé de commenter la lettre.

Reportage de Paul Sandle; édité par David Evans

Nos normes:Les principes du Thomson Reuters Trust.

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *