BT: Huawei ne nous a pas donné d'inquiétude

0 45

"Nous n'avons rien vu d'inquiétant depuis les années où nous travaillons avec Huawei", a déclaré vendredi à CNN Marc Allera, PDG des marques grand public de BT.

"Nous travaillons en étroite collaboration avec diverses institutions – le gouvernement et la sécurité", a-t-il ajouté. "Nous continuons à travailler avec toutes les agences concernées pour répondre aux questions qui leur sont posées."

Huawei a répété nié que ses produits posent un risque pour la sécurité. Elle affirme qu'il s'agit d'une entreprise privée n'ayant aucun lien avec le gouvernement chinois.

"Nous travaillons avec les principaux opérateurs de télécommunications dans le monde pour fournir des réseaux sécurisés, fiables et sécurisés à des millions de clients dans le monde", a déclaré vendredi un porte-parole du groupe. "La cybersécurité est notre priorité absolue et en tant que société mondiale indépendante, nous nous engageons à fournir à nos clients la meilleure technologie possible et la plus sûre."

Les journalistes regardent une bande-annonce lors d'une conférence de presse sur les nouveaux produits 5G de Huawei.

Huawei a établi une forte présence sur de nombreux marchés à travers le monde depuis des décennies, y compris au Royaume-Uni, s'appuyant sur un matériel fiable et des prix compétitifs.

Il est maintenant sur la défensive après qu'un certain nombre de pays, dont l'Australie, aient bloqué l'utilisation de certains de ses produits par les opérateurs de téléphonie mobile, soulevant des préoccupations en matière de sécurité nationale.

Une instance dirigeante du Royaume-Uni supervisant les activités de Huawei au Royaume-Uni a averti l'année dernière qu'il existait une assurance limitée que ses équipements de télécommunications ne constituaient pas une menace pour la sécurité nationale.

Le conseil a également déclaré que les processus d'ingénierie de Huawei avaient identifié des "problèmes techniques" qui entraînaient de "nouveaux risques pour les réseaux de télécommunications britanniques".

Huawei s'est défendu dans une lettre aux législateurs britanniques rendue publique cette semaine, affirmant qu'il faudrait jusqu'à cinq ans pour obtenir des "résultats tangibles" dans la mise à jour de ses systèmes.

"Améliorer nos capacités d'ingénierie logicielle, c'est comme remplacer des composants sur un train à grande vitesse", lit-on dans la lettre. "C'est un processus compliqué et compliqué."

L'Allemagne dit que Huawei doit faire des assurances de données
En décembre, BT a annoncé qu'il n'achèterait pas d'appareils Huawei pour le cœur de son prochain réseau 5G, qui sera lancé cette année dans 16 villes du Royaume-Uni.

À l’époque, la société avait déclaré qu’elle garderait Huawei en tant que "fournisseur important hors du centre" et utiliserait son équipement dans des zones jugées "bénignes", telles que des mâts ou des tours.

La grande question est maintenant de savoir si Huawei sera exclu des autres réseaux 5G occidentaux. Les décisions où il y a un risque de tensions avec Beijing.

La chancelière allemande Angela Merkel a déclaré cette semaine qu'il y avait "beaucoup de discussions à propos de Huawei" dans son pays.

"Nous devons parler à la Chine pour nous assurer que les entreprises n'abandonnent pas toutes les données relatives à l'Etat chinois", a déclaré Mme Merkel. Elle a ajouté que des "sauvegardes" sont nécessaires pour protéger les données.

Michael Kaplan et Ivana Kottasová ont contribué à la couverture.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More