Bruxelles insiste sur le fait que la Grande-Bretagne doit payer 40,8 milliards de livres sterling – 2 milliards de livres de plus que prévu sur le Brexit

L’Union européenne a insisté sur le fait que la Grande-Bretagne doit payer 40,8 milliards de livres sterling dans le cadre de son règlement financier post-Brexit.

La somme est près de 2 milliards de livres plus élevée que prévu et une partie de l’argent doit être payée dans les six mois.

La Grande-Bretagne doit payer 40,8 milliards de livres sterling à l’UE dans le cadre de son règlement financier post-BrexitCrédit : Alamy
Ursula von der Leyen et Boris Johnson se sont rencontrés au sommet du G7 à Cornwall le mois dernier

Ursula von der Leyen et Boris Johnson se sont rencontrés au sommet du G7 à Cornwall le mois dernierCrédit : AFP

Le rapport budgétaire consolidé de l’UE pour 2020 indique que l’argent est dû en vertu d’une série d’articles que les deux parties ont acceptés dans le cadre de l’accord de retrait du Brexit.

Le Trésor britannique, cependant, a insisté sur le fait que le règlement du divorce du Brexit restait dans sa fourchette centrale précédente de 35 milliards de livres sterling (40,74 milliards d’euros) à 39 milliards de livres sterling (45,40 milliards d’euros), selon le Financial Times.

Le montant de 40,8 milliards de livres sterling (47,5 milliards d’euros) est nettement plus élevé que prévu.

En mars 2018, l’Office for Budget Responsibility du Royaume-Uni a prédit que la facture s’élèverait à 35,5 milliards de livres sterling (41,4 milliards d’euros).

Un montant initial de 5,8 milliards de livres sterling (6,8 milliards d’euros) doit être payé en 2021, a ajouté le rapport budgétaire consolidé de l’UE, le reste du montant devant être payé plus tard.

Un montant total de 47,5 milliards d’euros a été mentionné dans le rapport comme « créance nette du Royaume-Uni ».

Un accord de commerce et de coopération entre le Royaume-Uni et l’UE a été conclu en décembre après plus de quatre ans de négociations alors que la Grande-Bretagne mettait fin à 47 ans d’adhésion à l’UE.

Mardi, l’Union européenne a exhorté Londres à envisager un accord vétérinaire de type suisse avec Bruxelles sur l’agroalimentaire pour mettre fin à une dispute sur la « guerre des saucisses » post-Brexit concernant certaines marchandises circulant entre la Grande-Bretagne et sa province d’Irlande du Nord.

La tension est montée à propos des accords commerciaux avec l’Irlande du Nord, en particulier pour les viandes réfrigérées, car la frontière ouverte de la province avec l’Irlande, membre de l’UE, est la seule frontière terrestre de la Grande-Bretagne avec l’UE et son vaste marché unique.

Thierry Breton a qualifié la Grande-Bretagne d'

Thierry Breton a qualifié la Grande-Bretagne d' »affaiblie et isolée »Crédit : EPA

Cela survient après que Bruxelles a qualifié la Grande-Bretagne d' »affaiblie et isolée » lors d’un coup porté à Boris Johnson à l’occasion du cinquième anniversaire du vote sur le Brexit le mois dernier.

Thierry Breton, le tsar des vaccins de l’UE, a déclaré qu’il n’y avait aucun avantage à quitter le bloc.

Il a admis que le Royaume-Uni avait eu plus de succès que le reste de l’Europe en ce qui concerne les vaccins contre les coronavirus, mais a maintenu que « n’avait rien à voir avec le Brexit ».

Le commissaire au marché intérieur a également déclaré que le départ avait donné « à peu près le contraire » de ce qui avait été promis.

Il a déclaré au Guardian : « L’incertitude entourant le Brexit aura clairement un impact sur la confiance des entreprises et des investisseurs à long terme. »

Pendant ce temps, l’ambassadeur de l’UE au Royaume-Uni, Joao Vale de Almeida, s’est demandé si le Brexit était conclu malgré l’accord commercial de l’année dernière.

Il a déclaré au Times : « Je ne sais pas quelle sera notre relation dans 20 ans. Je ne sais pas à quoi ressemblera l’UE dans 20 ans.

« Et peut-être que je ne sais pas à quoi ressemblera votre Union ici dans 20 ans. Qui sait ? Nous devons donc être prêts pour le changement. »

Joao Vale de Almeida est l'ambassadeur de l'UE au Royaume-Uni
Joao Vale de Almeida est l’ambassadeur de l’UE au Royaume-Uni
Boris Johnson défend le Royaume-Uni après le Brexit avec l’UE sur l’Irlande du Nord au milieu des craintes d’une guerre commerciale avant le G7

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *