Bruxelles abuse du pouvoir en engageant une action en justice contre la Hongrie, selon Orban, promet un référendum en 5 questions sur la loi LGBTQ+ qui a suscité la colère

S’exprimant mercredi dans une vidéo publiée sur Facebook, le Premier ministre Viktor Orban a fustigé « l’attaque » de l’UE contre la Hongrie pour son adoption de lois censées protéger les enfants de la propagande LGBTQ+.

Il a déclaré que Bruxelles exigeait désormais des amendements aux nouvelles lois hongroises sur la protection de l’enfance et de la famille, mais a déclaré qu’il n’était pas prêt à reculer lorsque l’avenir des enfants du pays était en jeu.

« Les lois hongroises n’autorisent pas la propagande sexuelle dans les jardins d’enfants ou les écoles, à la télévision et dans les publicités » a-t-il dit, ajoutant qu’en Europe occidentale, les militants LQBTQ+ propagent leur message dans les établissements d’enseignement. Cela ne serait pas autorisé en Hongrie, a-t-il affirmé.

Répondant à l’action en justice de l’UE contre la Hongrie, Orban a déclaré que le pays organiserait désormais un référendum de cinq questions sur la question.

Selon les médias locaux, ces questions seraient :

  1. Êtes-vous favorable à la tenue d’un cours sur l’orientation sexuelle dans un établissement d’enseignement public sans autorisation parentale ?
  2. Soutenez-vous la promotion des traitements de conversion sexuelle pour les mineurs ?
  3. Soutenez-vous la disponibilité de traitements de conversion sexuelle pour les mineurs ?
  4. Soutenez-vous la présentation sans restriction de contenus médiatiques à caractère sexuel aux mineurs concernant leur développement sexuel ?
  5. Soutenez-vous la présentation de contenus médiatiques sensibles au genre aux mineurs ?

La nouvelle loi, entrée en vigueur en Hongrie depuis juin, a été accueillie avec consternation par les dirigeants européens, le Premier ministre néerlandais Mark Rutte suggérant même que la Hongrie quitte le bloc car ses opinions contrevenaient clairement à celles de l’UE.

Bien que la loi controversée semble se concentrer sur l’augmentation des peines pour les pédophiles condamnés, elle stipule également que les problèmes LGBTQ+ ne peuvent pas être décrits ou promus auprès des moins de 18 ans. Orban dit que la loi a été mal comprise par ceux de l’UE, déclarant : «Ce n’est pas contre l’homosexualité. Il s’agit du droit des enfants et des parents.

Le franc-parler du Premier ministre hongrois est depuis longtemps à couteaux tirés avec l’UE, notamment au sujet d’une nouvelle disposition liant l’accès aux fonds de l’UE au respect de l’État de droit. Plus tôt cette année, Budapest a choisi de poursuivre la Commission européenne en justice pour cette stipulation.

Si vous aimez cette histoire, partagez-la avec un ami!

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

Comments