Skip to content

Boris Johnson est prêt à discuter demain avec la chef de l’UE, Ursula von der Leyen, dans l’espoir d’une percée sur un accord commercial – bien que Bruxelles menace de SUE le Royaume-Uni

  • Boris Johnson et Ursula von der Leyen doivent s’entretenir demain sur le commerce
  • Vient au milieu des espoirs de progrès dans les négociations tendues sur un accord post-Brexit
  • Les deux parties pourraient entrer dans une phase intensive de “ tunnel ” lors de la dernière tentative de compromis

Boris Johnson est prêt à engager demain des discussions cruciales avec le chef de la Commission européenne dans l’espoir d’une percée dans les négociations commerciales.

Le Premier ministre et Ursula von der Leyen «feront le point» des progrès des négociations tendues pour «discuter des prochaines étapes», a déclaré No10.

Cette décision alimentera la spéculation selon laquelle l’impasse dans les discussions pourrait être sur le point de se rompre, après que la partie britannique a présenté de nouvelles propositions sur les domaines clés de la pêche et des aides d’État.

Les Britanniques Lord Frost et Michel Barnier doivent se rencontrer ce matin après une autre semaine d’efforts à huis clos pour trouver un compromis.

S’ils parviennent à trouver une solution, les deux parties pourraient décider d’entrer dans «le tunnel» – une phase intensive de négociations où les deux parties travaillent sur le même texte juridique dans un secret élevé.

Cela intervient bien que Mme von der Leyen ait confirmé de manière dramatique hier que l’UE engageait une action en justice contre le Royaume-Uni pour avoir enfreint les termes des conditions de divorce dans l’accord de retrait.

Boris Johnson sur le point de discuter demain avec la chef de l’UE, Ursula von der Leyen

Boris Johnson sur le point de discuter demain avec la chef de l’UE, Ursula von der Leyen

Le Premier ministre (à gauche) et Ursula Von Der Leyen (à droite) vont “ faire le point ” des progrès dans les négociations tendues pour “ discuter des prochaines étapes ”, a déclaré le No10.

Boris Johnson sur le point de discuter demain avec la chef de l’UE, Ursula von der Leyen

Le britannique Lord Frost (à gauche) et Michel Barnier (à droite) doivent se rencontrer ce matin après une autre semaine d’efforts à huis clos pour trouver un compromis

Bruxelles avait donné jusqu’à la fin septembre à Downing Street pour abandonner les propositions controversées du Premier ministre contenues dans le projet de loi britannique sur le marché intérieur.

Mais le gouvernement britannique a refusé de bouger et Mme von der Leyen a déclaré ce matin qu’en conséquence le bloc avait maintenant entamé des poursuites judiciaires.

Il a envoyé une «lettre de mise en demeure» au numéro 10, qui est la première étape de la soi-disant «procédure d’infraction» qui pourrait finalement aboutir à une amende de la Grande-Bretagne.

S’exprimant à Bruxelles, elle a déclaré: «Ce projet de loi constitue, par sa nature même, une violation de l’obligation de bonne foi énoncée dans l’accord de retrait.

«De plus, s’il est adopté tel quel, il sera en totale contradiction avec le protocole Irlande / Irlande du Nord.

«La date limite a expiré hier. Les dispositions problématiques n’ont pas été supprimées.

«Par conséquent, ce matin, la Commission a décidé d’envoyer la lettre de mise en demeure au gouvernement britannique. C’est la première étape d’une procédure d’infraction.

«La lettre invite le gouvernement britannique à envoyer ses observations dans un délai d’un mois et, en outre, la Commission continuera à travailler dur pour une mise en œuvre complète et en temps voulu de l’accord de retrait. Nous respectons nos engagements. ‘

Downing Street a déclaré qu’il “ répondra à la lettre en temps voulu ” en défendant l’approche qu’il a adoptée.

“Nous avons clairement exposé les raisons pour lesquelles nous avons introduit les mesures liées au protocole de l’Irlande du Nord”, a déclaré un porte-parole du gouvernement.

“Nous devons créer un filet de sécurité juridique pour protéger l’intégrité du marché intérieur du Royaume-Uni, veiller à ce que les ministres puissent toujours s’acquitter de leurs obligations envers l’Irlande du Nord et protéger les acquis du processus de paix.”

Boris Johnson sur le point de discuter demain avec la chef de l’UE, Ursula von der Leyen

Publicité

style="display:block" data-ad-client="ca-pub-5390986774482540" data-ad-channel="" data-ad-slot="" data-ad-format="auto">