Actualité culturelle | News 24

Boris Johnson retourne au Royaume-Uni alors qu’il envisage de tenter un deuxième mandat

Boris Johnson rentrait en Grande-Bretagne alors qu’il envisageait une tentative audacieuse de remporter un deuxième mandat de Premier ministre quelques semaines seulement après avoir été contraint de démissionner, certains collègues avertissant que son retour pourrait créer davantage de chaos politique.

Les candidats potentiels pour remplacer la première ministre Liz Truss, qui a démissionné de façon spectaculaire jeudi après seulement six semaines au pouvoir, se lançaient dans un week-end frénétique de lobbying pour obtenir suffisamment de nominations pour participer à la course à la direction avant la date limite de lundi.

Johnson, qui était en vacances dans les Caraïbes lorsque Truss a démissionné et n’a rien dit publiquement au sujet d’une offre pour son ancien poste, a reçu le soutien de dizaines de législateurs conservateurs mais doit obtenir 100 nominations pour être pris en considération.

Le ministre du Commerce, James Duddridge, a déclaré vendredi que Johnson lui avait dit qu’il était “prêt pour ça”.

Résurrection politique ?

Johnson a été hué par certains passagers de l’avion à destination de la Grande-Bretagne, selon un journaliste de Sky News sur le vol, qui devrait arriver à Londres samedi matin.

Ce serait une résurrection politique extraordinaire pour l’ancien journaliste et maire de Londres, qui a quitté ses fonctions entouré de scandale mais grommelant que ses collègues “ont changé les règles à mi-parcours” d’une course – un coup porté aux législateurs conservateurs qui ne l’ont pas autorisé à servir un mandat complet.

L’ancienne ministre de la Défense Penny Mordaunt est devenue la première candidate à déclarer officiellement son intention de se présenter comme le prochain chef du Parti conservateur, mais Johnson et Rishi Sunak, autrefois son ministre des Finances, ont mené des candidats potentiels avant le vote la semaine prochaine.

L’ancien chef du Trésor Rishi Sunak est photographié samedi devant son domicile à Londres. Sunak est le premier candidat à la direction à atteindre le seuil des 100 nominations pour participer au concours (Beresford Hodge/PA/Associated Press)

La perspective du retour de Johnson au gouvernement est une question polarisante pour de nombreux membres du Parti conservateur, qui est profondément divisé après avoir vu quatre Premiers ministres en six ans.

Pour certains législateurs conservateurs, Johnson est un gagnant du vote, capable de séduire à travers le pays non seulement avec sa célébrité mais aussi avec sa marque d’optimisme énergique.

Pour d’autres, Johnson est une figure toxique et la question est de savoir s’il peut convaincre les dizaines de législateurs qui l’ont abandonné qu’il est désormais la personne qui peut unir le parti et redresser sa fortune chancelante.

« Spirale de la mort »

Le législateur conservateur Andrew Stephenson a déclaré samedi que Johnson était un “Premier ministre éprouvé” qui a livré le Brexit, a pu se vanter d’un déploiement rapide du vaccin COVID-19 et était parmi les partisans les plus virulents de l’Ukraine.

Mais son collègue Andrew Bridgen a déclaré qu’il envisagerait de démissionner du groupe parlementaire si Johnson revenait et a mis en garde les conservateurs contre le développement d’un “culte de la personnalité” autour de l’ancien Premier ministre. Dominic Raab, ministre des Affaires étrangères sous Johnson, a déclaré que le parti risquait de “régresser” s’il revenait.

L’ancien chef conservateur William Hague a déclaré vendredi que le retour de Johnson était peut-être la pire idée qu’il ait entendue depuis près d’un demi-siècle en tant que membre du parti. Il a dit que cela conduirait à une “spirale de la mort” pour les conservateurs.

Si Johnson peut obtenir le nombre requis de nominations, il est susceptible d’affronter Sunak, qui a démissionné de son poste de ministre des Finances en juillet, affirmant que son ancien patron n’était pas en mesure de prendre des décisions difficiles.

Sunak est le premier candidat à la direction à atteindre le seuil des 100 nominations pour participer au concours avant la date limite de lundi, selon les médias. Johnson a actuellement environ la moitié de ce soutien.

Johnson fait actuellement l’objet d’une enquête par la commission des privilèges du Parlement pour déterminer s’il a menti à la Chambre des communes au sujet de fêtes qui ont brisé le verrouillage. S’il s’avère que des ministres ont sciemment induit le Parlement en erreur, on s’attend à ce qu’ils démissionnent.

Le concours pour devenir le quatrième Premier ministre britannique en quatre ans a été accéléré pour ne prendre qu’une semaine. Selon les règles, seuls trois candidats pourront atteindre le premier tour de scrutin des législateurs lundi après-midi, les deux derniers étant soumis au vote des membres du parti pour un résultat d’ici vendredi prochain.

Articles similaires