Boris Johnson rejette l'accord commercial de l'UE après le Brexit

Boris Johnson rejette l'accord commercial de l'UE après le Brexit après que Bruxelles ait insisté pour conserver le contrôle des règles fiscales britanniques

  • David Frost, négociateur en chef du Premier ministre sur le Brexit, finalise les demandes du Royaume-Uni
  • Les conditions doivent être garanties d'ici la fin de cette année pour éviter un Brexit sans accord
  • La ligne dure de l'UE est conduite notamment par le président français Emmanuel Macron

Boris Johnson a rejeté d'emblée les demandes de l'UE pour un accord commercial post-Brexit après que les négociateurs de Bruxelles ont insisté pour qu'ils gardent le contrôle des règles fiscales britanniques et des subventions de l'État.

David Frost, le négociateur en chef du Premier ministre sur le Brexit, finalise ce week-end les demandes du Royaume-Uni pour l'accord, qui doit être obtenu d'ici la fin de cette année pour éviter un Brexit sans accord.

Des sources conservatrices disent que M. Frost et son équipe ont été exaspérés par les demandes de l'UE dans leur projet de mandat.

M. Frost prévoit d'utiliser une conférence devant des étudiants et des universitaires à Bruxelles demain pour dire que les exigences dépassent de loin les conditions que l'UE a frappées avec des pays tels que le Canada, le Japon et la Corée.

Boris Johnson a rejeté d'emblée les demandes de l'UE pour un accord commercial post-Brexit après que les négociateurs de Bruxelles ont insisté pour qu'ils gardent le contrôle des règles fiscales britanniques et des subventions de l'État

Une source a déclaré: «Nous ne demandons pas un accord spécial, sur mesure ou unique – juste les mêmes exigences que l'UE a convenues avec d'autres pays aux vues similaires.

Mais dans l'état actuel des choses, l'UE cherchera à contrôler les subventions britanniques, à imposer des règles sur le régime fiscal britannique et à demander au Royaume-Uni de s'engager à s'aligner à jamais sur les normes de l'UE.

«En ce qui concerne les subventions, l'UE demande que nous adhérions aux règles de l'UE à tout jamais et qu'elles aient compétence sur la façon dont ces règles sont appliquées au Royaume-Uni.

«Sur le plan fiscal, l'UE veut que nous acceptions de respecter leurs normes fiscales et participions à leurs accords de planification fiscale transfrontalière. C'est ridicule.

«De tels engagements n'entrent pas dans le cadre des négociations normales et nous allons donc reculer pour protéger les industries britanniques.

"Demander un alignement sur les normes n'a pas de sens lorsque les normes de l'UE sont inférieures à celles du Royaume-Uni dans de nombreux domaines des droits des travailleurs, de la protection de l'environnement et de la santé et de la sécurité."

La ligne dure de l'UE est conduite en particulier par le président français Emmanuel Macron (photo), qui fait pression pour que le Royaume-Uni soit contraint de prendre des engagements plus forts sur l'alignement réglementaire en échange du maintien du libre-échange

M. Frost prévoit de faire remarquer à ses homologues bruxellois que, par exemple, l'UE a supprimé 99,5% des tarifs dans son accord avec la Corée, 99% avec le Japon et 98,7% avec le Canada – et ne s'attendait pas à un “ alignement réglementaire '' avec l'un de ces pays.

La ligne dure de l'UE est conduite en particulier par le président français Emmanuel Macron, qui fait pression pour que le Royaume-Uni soit contraint de prendre des engagements plus forts sur l'alignement réglementaire en échange du maintien du libre-échange.

La position de M. Macron a fait craindre à certains États membres que les "voies de négociation" pourraient être fermées avant même que les deux parties ne s'asseyent pour parler la première semaine de mars.

Une source conservatrice a déclaré: «Le Royaume-Uni adoptera une position proactive dans les futures discussions commerciales.

«Nous avons un mandat fort pour mener à bien le Brexit, conclure un futur accord commercial et nous concentrer sur la souveraineté.

"Cela est conforme aux accords commerciaux de l'UE qu'ils ont conclus auparavant – et nous nous attendons à ce que la même chose s'applique à nous."

Publicité

aprèsBorisBrexitcommercialJohnsonl39accordl39UErejette
Comments (0)
Add Comment