Skip to content

Boris Johnson a déclaré que les militants qui nuisent à la police ou aux biens lors des manifestations de Black Lives Matter déclenchées par le meurtre de George Floyd feront face à «toute la force de la loi».

Le Premier ministre a posté un message vidéo à destination de la nation depuis son compte Twitter ce soir après un week-end de manifestations dans les villes et villages du pays.

M. Johnson a déclaré que l'indignation provoquée par la mort de M. Floyd aux mains d'un policier à Minneapolis avait réveillé un «  sentiment d'injustice incontestable et indéniable '' et a appelé les gens à «  travailler pacifiquement, légalement, pour vaincre le racisme ''.

Il a déclaré que les dirigeants "ne peuvent tout simplement pas ignorer" les inquiétudes selon lesquelles les groupes noirs, asiatiques et ethniques minoritaires (BAME) sont victimes de discrimination dans l'éducation, l'emploi et le droit pénal.

Mais il a également déclaré qu'il n'appuierait pas les personnes qui bafouaient les règles de distanciation sociale et ne "se livreraient pas à ceux qui enfreignent la loi, ou attaqueraient la police, ou profaneraient les monuments publics", ajoutant qu'ils feraient face à la "pleine force de la loi".

Il survient après que 49 policiers ont été blessés lors d'affrontements avec des manifestants depuis mercredi et que des graffitis sont apparus sur une statue de Winston Churchill à Parliament Square, à Londres, le qualifiant de «  raciste ''.

Et hier, le monument du marchand d'esclaves Edward Colston a été abattu à Bristol, puis renversé dans le port de la ville par des manifestants.

Boris Johnson affirme que les manifestants qui nuisent à la police feront face à «toute la force de la loi» après les affrontements

Des militants se tiennent autour de la statue de Churchill hier après avoir été enduite de graffitis lors des manifestations de Black Lives Matter

Boris Johnson affirme que les manifestants qui nuisent à la police feront face à «toute la force de la loi» après les affrontements

Le Premier ministre a posté un message vidéo à destination de la nation depuis son compte Twitter ce soir après un week-end de manifestations dans les villes et villages du pays

Boris Johnson affirme que les manifestants qui nuisent à la police feront face à «toute la force de la loi» après les affrontements

Des milliers de manifestants se sont rassemblés pour des marches à Londres samedi et dimanche

Dans le discours de ce soir, il a déclaré qu'il ne soutiendrait pas ceux qui enfreignent les règles de distanciation sociale visant à ralentir la propagation du coronavirus, qui, a-t-il reconnu, nuisait de manière disproportionnée aux communautés de Bame.

«  Donc non, je ne soutiendrai pas ceux qui bafouent les règles de la distanciation sociale, pour la raison évidente que nous risquons une nouvelle infection à un moment critique et tout comme nous avons fait d'énormes progrès '', a-t-il déclaré dans un communiqué vidéo.

«Et donc je dois dire clairement que ceux qui attaquent les biens publics ou la police – qui blessent les policiers qui essaient de nous garder tous en sécurité – ces gens seront confrontés à toute la force de la loi; non seulement à cause des blessures et des dommages qu'ils causent, mais aussi à cause des dommages qu'ils causent à la cause qu'ils prétendent représenter.

"Ils détournent une manifestation pacifique et la sapent aux yeux de beaucoup de gens qui pourraient autrement être sympathiques."

Alors que les manifestations de masse contre le dernier meurtre d'un homme noir aux mains de la police américaine se sont élargies pour mettre en évidence l'inégalité raciale de manière plus générale, le Premier ministre a déclaré qu'il comprenait et entendait la colère.

Boris Johnson affirme que les manifestants qui nuisent à la police feront face à «toute la force de la loi» après les affrontements

Un manifestant est placé dans une cagoule car il est retenu par des policiers près de la station de métro Westminster hier

Boris Johnson affirme que les manifestants qui nuisent à la police feront face à «toute la force de la loi» après les affrontements

Les manifestants jettent la statue d'Edward Colston dans le port de Bristol lors d'un rassemblement de protestation Black Lives Matter hier

Boris Johnson affirme que les manifestants qui nuisent à la police feront face à «toute la force de la loi» après les affrontements

Un manifestant allume un flair à côté du cénotaphe lors d'une manifestation Black Lives Matter en réponse à la mort de l'Américain George Floyd samedi

«  Dans ce pays et dans le monde, ses paroles mourantes – je ne peux pas respirer – ont suscité une colère et un sentiment d'injustice répandu et incontestable, indéniable, un sentiment que les personnes issues des groupes ethniques noirs et minoritaires sont confrontées à la discrimination: dans l'éducation, dans l'emploi, dans l'application du droit pénal », a-t-il déclaré.

"Et nous qui dirige et qui gouvernons ne pouvons tout simplement pas ignorer ces sentiments parce que dans trop de cas, je le crains, ils seront fondés sur une réalité froide."

La déclaration est les commentaires les plus complets de M. Johnson à ce jour sur les manifestations de Black Lives Matter au Royaume-Uni, avec lui condamnant auparavant les manifestations de maraudage de «  voyous ''.

Malgré les manifestations pacifiques à Londres et à Bristol, près de 50 officiers ont été blessés ce week-end et des graffitis ont également été griffonnés sur une statue de Sir Winston Churchill sur la place du Parlement.

Le chef du parti travailliste, Sir Keir Starmer, a déclaré que les manifestants avaient «  complètement tort '' de détruire la statue de Colston et de la jeter dans le port, mais a déclaré à LBC Radio que le monument à l'esclavagiste aurait dû être enlevé depuis longtemps.

Le maire de Bristol, Marvin Rees, a déclaré qu'il ne ressentait aucun sentiment de perte pour la statue, mais a déclaré à l'émission Today de BBC Radio 4: «  En tant que politicien élu, je ne peux évidemment pas tolérer les dommages et je suis très préoccupé par les implications d'un rassemblement de masse sur la possibilité d'une deuxième vague Covid.

M. Johnson a déclaré que le Royaume-Uni avait "fait d'énormes progrès" dans la lutte contre le racisme, mais a déclaré "qu'il y a tellement plus à faire".

Il a également fait l'éloge de son propre record, citant le travail «pour recruter et promouvoir plus de jeunes noirs» et a noté que son chancelier, Rishi Sunak, et le ministre de l'Intérieur, Priti Patel, sont d'origine indienne.

Mais les manifestants ont également adressé des critiques au Premier ministre, en particulier pour ses écrits passés pour lesquels il a lui-même été accusé de racisme.