Skip to content

WASHINGTON (Reuters) – Boeing Co a annoncé mercredi qu'il allait consacrer la moitié d'un fonds de 100 millions de dollars créé après deux crashs de ses 737 MAX, afin de verser des paiements aux familles des personnes décédées, en collaboration avec l'experte en indemnisation Ken Feinberg embauchée par le plus grand avionneur superviser la distribution.

L’annonce de l’embauche de Feinberg intervient quelques minutes avant l’audience à la Chambre des représentants des États-Unis avec le témoignage dramatique de Paul Njoroge, un père qui a perdu trois enfants, sa femme et sa belle-mère dans un crash du 737 MAX Ethiopian Air en mars.

Feinberg a déclaré à Reuters que son équipe "commencera immédiatement à rédiger un protocole de réclamation pour les personnes éligibles", avec la première réunion avec des responsables de Boeing basé à Chicago plus tard cette semaine à Washington. Feinberg a administré de nombreux fonds d'indemnisation, notamment pour les victimes des attaques du 11 septembre 2001 aux États-Unis, des crashs de contacteurs de General Motors et de nombreuses fusillades dans les écoles.

Le 737 MAX, l’avion le plus vendu de Boeing, a été immobilisé dans le monde entier en mars après le crash de la compagnie Ethiopian Airlines après le désastre similaire de Lion Air en Indonésie en octobre. Les deux accidents ont tué 346 personnes.

Njoroge, 35 ans, a déclaré aux journalistes après son témoignage qu'il ne pensait pas que le public ferait confiance à Boeing à l'avenir. «Voulez-vous voler dans ces avions? Voulez-vous que vos enfants volent dans ces avions? »Demanda Njoroge. "Je n’ai plus d’enfants."

Njoroge a déclaré à un sous-comité de la Chambre qu'il avait encore des "cauchemars sur la façon dont (ses enfants) ont dû s'accrocher à leur mère en pleurant" pendant le vol maudit.

Njoroge, qui est né au Kenya et vit au Canada, a déclaré que Boeing avait blâmé "des pilotes innocents qui ne savaient rien et qui ne disposaient d'aucune information sur le nouveau système défectueux MCAS qui pourrait l'emporter sur les pilotes."

Boeing n'a pas abordé les questions spécifiques soulevées par Njoroge mais a déclaré dans un communiqué: "Nous regrettons sincèrement les pertes en vies humaines dans ces deux accidents et nous sommes profondément désolés des conséquences pour les familles et les proches des passagers".

Le mois dernier, un responsable de Boeing a déclaré à Reuters qu'après la découverte d'une nouvelle faille logicielle, la société ne soumettrait pas de mise à niveau du logiciel MCAS ni de révision de la formation avant septembre, ce qui signifie que les avions ne reprendront leurs vols qu'en novembre au plus tôt. Les compagnies aériennes américaines ont annulé leurs vols jusqu’au début novembre à la suite de l’échouement du 737 MAX.

Boeing a annoncé le 3 juillet qu'il donnerait 100 millions de dollars sur plusieurs années aux gouvernements locaux et aux organisations à but non lucratif pour aider les familles et les communautés touchées par les accidents survenus en Indonésie et en Éthiopie.

Feinberg, qui administrera conjointement le fonds avec l'avocat Camille Biros, a déclaré que les 50 millions restants du fonds seraient affectés à des projets gouvernementaux et communautaires.

Boeing a répété mercredi que l'argent distribué via le fonds serait indépendant de l'issue des poursuites. La société est confrontée à une série de litiges intentés par les familles des victimes des deux accidents.

Boeing versera 50 millions de dollars en paiements à 737 familles de victimes d'accident MAX
Diaporama (3 Images)

«Grâce à notre partenariat avec Feinberg et Biros, nous espérons que les familles touchées recevront l'assistance nécessaire le plus rapidement et le plus efficacement possible», a déclaré le directeur général de Boeing, Dennis Muilenburg, dans un communiqué.

L’annonce initiale de ce fonds de 100 millions de dollars par Boeing a suscité la colère de certaines familles de victimes, qui ont qualifié cette offre de coup de publicité.

Lors de l'audience à Washington, Peter DeFazio, président du Comité des transports de la Chambre des représentants, a annoncé qu'il appellerait les responsables de Boeing à témoigner lors d'une audience. DeFazio a déclaré que le comité menait une enquête approfondie et qu'il venait de recevoir un "trésor" de documents examinés par les enquêteurs.

Reportage de David Sheperdson à Washington et d'Ankit Ajmera à Bengaluru; Écrit par Tracy Rucinski et David Sheperdson; Édité par Will Dunham et Bill Trott

Nos standards:Les principes de Thomson Reuters Trust.

Source

Heliabrine Monaco

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *