Skip to content

DUBAÏ, Emirats arabes unis – L’avionneur américain Boeing a annoncé mardi que sa deuxième commande Dreamliner du salon aéronautique de Dubaï était annoncée, annonçant la vente de trois de ses 787-9 Dreamliners à la République du Ghana.

Les avions, dont la valeur des commandes s'élève à 877,5 millions de dollars au prix catalogue, iront à la nouvelle compagnie aérienne ghanéenne, qui doit encore être lancée, dans laquelle le gouvernement détiendra 10% du capital. Un rabais important sur le prix courant est généralement négocié par les compagnies aériennes.

Le 787-9 biréacteur moyen-courrier long courrier de grande taille et de grande capacité peut accueillir de 242 à 330 passagers dans un aménagement à deux classes. Sa gamme de vols s'aligne sur les projets du Ghana d'inclure des vols long-courriers dans sa nouvelle compagnie aérienne, avec des liaisons vers l'Amérique du Nord et l'Europe.

Cette commande ajoute à ce qui reste un volume d’affaires extrêmement faible pour le géant américain de la fabrication, dont les ventes ont été durement touchées à la suite de deux accidents catastrophiques de son populaire avion à réaction 737 Max en moins de cinq mois, qui ont coûté la vie à 346 personnes. Sa flotte d'environ 400 avions à travers le monde a été immobilisée depuis mars.

La présence de Boeing au salon aérien phare du Moyen-Orient en a été réduite, pénalisée par des problèmes de sécurité et des charges d'indemnisation.

Interrogé sur la raison pour laquelle le gouvernement du pays a choisi Boeing plutôt que son rival français Airbus, qui a remporté de nouvelles commandes pour 180 avions à réaction cette semaine, le ministre ghanéen de l'Aviation, Joseph Kofi Adda, a répondu: "Nous avons choisi Boeing car nous connaissons la force de la société … Nous Nous avons effectué des études et évalué les constructeurs d'avions gros-porteurs. Airbus est de haute qualité, il était difficile de choisir entre les deux, mais nous avons choisi Boeing pour le moment. "

La commande porte à 65 le nombre total de commandes fermes et provisoires de jets commerciaux de Boeing, soit un peu plus du tiers de celles d'Airbus jusqu'à présent. Dimanche, la compagnie a annoncé la vente de deux de ses 787-9 Dreamliners à Biman Bangladesh Airlines et a passé lundi une commande ferme du transporteur turc SunExpress portant sur 10 de ses 737 Max encore immobilisés.

Le vote de confiance à l'égard de l'aéronef attaqué a gagné du terrain mardi, avec une lettre d'intention de la société kazakh Air Astana visant à acheter 30 des 737 Max et une commande séparée de 20 des jets d'un acheteur non divulgué. Toutes les transactions du 737 Max restent soumises à l’approbation réglementaire des aéronefs pour leur remise en service.

Lundi, le cours de l'action de Boeing était en baisse d'environ 12% depuis le crash mortel du 737 Max 8 d'Ethiopian Airlines en mars.

Les contrats d'avions de ligne de Boeing représentent jusqu'à présent une valeur combinée de 6,47 milliards de dollars sur la base des derniers prix catalogue disponibles – un chiffre éclipsé par celui d'Airbus, dont le total pour la semaine s'élève actuellement à environ 31,4 milliards de dollars aux prix catalogue.

Airbus est également en avance sur l’année: à la fin octobre, Airbus avait enregistré 542 commandes nettes en 2019, contre 45 pour Boeing.

La performance de Boeing contraste nettement avec le dernier Dubai Air Show en 2017, dans lequel elle avait remporté une vente importante de 40 avions 787-10 à Emirates Airline d'une valeur de 15,1 milliards de dollars le premier jour du spectacle.

Lundi, la compagnie aérienne phare de Dubaï a choisi Airbus. Emirates a commandé 50 A350 de fabrication française pour une valeur de 16 milliards de dollars.

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *