Actualité culturelle | News 24

Blinken promet le soutien américain à Israël malgré le malaise suscité par le gouvernement

WASHINGTON (AP) – Le secrétaire d’État Antony Blinken a déclaré dimanche que les États-Unis ne reculeraient pas devant leur soutien indéfectible à Israël malgré de profondes divergences avec le Premier ministre élu Benjamin Netanyahu et les inquiétudes que l’administration Biden pourrait avoir concernant les membres potentiels de son nouveau gouvernement de droite .

S’adressant à un groupe de gauche que certains à droite accusent d’être trop sympathique aux Palestiniens et à l’Iran, Blinken a déclaré que les États-Unis resteront un ami fidèle d’Israël même s’il poursuit des objectifs auxquels Netanyahu s’est opposé, y compris un système à deux États. la résolution du conflit israélo-palestinien et la restauration de l’accord sur le nucléaire iranien de 2015 qui languit.

Le partenariat, a-t-il dit, “n’a jamais été aussi fort qu’il ne l’est aujourd’hui”.

Blinken a déclaré que l’administration Biden s’engagerait avec le gouvernement de Netanyahu sur la base de ses politiques et non sur des personnalités, y compris des hauts ministres potentiels du Cabinet qui ont exprimé des opinions véhémentes anti-palestiniennes et anti-arabes dans le passé.

Mais, Blinken a également averti que les États-Unis s’opposeraient aux politiques qui marginalisent les Palestiniens ou rendraient plus difficile une résolution à deux États et seraient préjudiciables à la sécurité à long terme d’Israël ou à son avenir en tant qu’État juif démocratique.

“Nous attendons du nouveau gouvernement israélien qu’il continue à travailler avec nous pour faire avancer nos valeurs communes”, a-t-il déclaré. “Nous engagerons le gouvernement par les politiques qu’il poursuit, plutôt que par des personnalités individuelles.”

Les responsables américains ont exprimé leurs inquiétudes quant aux positions possibles dans le gouvernement de Netanyahu d’au moins deux politiciens israéliens de droite : Itamar Ben-Gvir et Bezalel Smotrich.

Ben-Gvir, un législateur connu pour son vitriol anti-arabe et ses cascades provocatrices, s’est vu offrir le poste de ministre de la Sécurité nationale, un poste puissant qui le mettra en charge de la police israélienne. Pendant ce temps, Smotrich, chef du parti du sionisme religieux, qui partage des opinions anti-palestiniennes et anti-homosexuelles, s’est vu offrir la supervision de l’agence israélienne pour les affaires civiles palestiniennes.

Blinken a noté que les relations américano-israéliennes datent de sept décennies et que l’administration Biden “parlerait honnêtement” avec le nouveau gouvernement israélien ainsi qu’avec les Palestiniens, dont les dirigeants, selon lui, doivent également s’abstenir d’aggraver les tensions qui mettent en danger une solution à deux États.

Il a souligné que l’administration Biden continue de soutenir la reconnaissance par son prédécesseur de Jérusalem comme capitale d’Israël et s’efforce d’étendre les “accords d’Abraham” de l’ancien président Donald Trump qui ont vu plusieurs nations arabes normaliser leurs relations avec Israël. Il a salué la conclusion récente d’un accord sur la frontière maritime entre Israël et le Liban.

Les commentaires de Blinken sont venus lors de la conférence annuelle de J Street, un groupe pro-israélien qui s’est distingué du Comité américain des affaires publiques d’Israël, beaucoup plus grand et plus ancien, en avançant des positions soutenues par le parti démocrate.

Matthew Lee, l’Associated Press





Articles similaires